“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

« Vertigo », « Wanda », « Eve », « Certains l'aiment chaud », « Volver » des portraits de femmes à l'honneur cette saison pour l'Institut audiovisuel.	(DR/ Emilio Pereda/Paola Ardizzoni/El Deseo)

Portraits de femmes

INTERVIEW. Sandrine Kiberlain: "Sur mon carnet scolaire, les profs écrivaient: t...

YouTube lance ce mercredi ses premières séries françaises, réservées aux abonnée...

Un ancien nageur de Monaco devenu acteur rêve de se faire un nom à Hollywood

Ce jazzman compose la musique d'un dessin animé dédié à Monaco

Le réalisateur du film "Shoah" Claude Lanzmann est décédé

Mis à jour le 05/07/2018 à 12:39 Publié le 05/07/2018 à 12:08
Claude Lanzmann au Festival de Cannes en 2013.

Claude Lanzmann au Festival de Cannes en 2013. Photo Patrice Lapoirie

Le réalisateur du film "Shoah" Claude Lanzmann est décédé

Le cinéaste et écrivain est mort ce jeudi à 92 ans, à Paris.

Le cinéaste et écrivain Claude Lanzmann, réalisateur de "Shoah", est mort jeudi à son domicile à Paris à l'âge de 92 ans, a-t-on appris auprès de son éditeur.

"Claude Lanzmann est mort ce matin à son domicile. Il était très très faible depuis quelques jours", a indiqué une porte-parole de Gallimard contactée par l'AFP.

L'écrivain a été transporté à l'hôpital Saint-Antoine où son décès a été constaté, a précisé la même source. Le décès du cinéaste a été confirmé par l'attachée de presse de son dernier film, Les quatre soeurs, sorti en salles ce mercredi.

Réalisateur de Shoah le grand documentaire sur l'extermination des Juifs d'Europe, Claude Lanzmann fut aussi journaliste, directeur des Temps Modernes, et écrivain.

Ami de Jean-Paul Sartre, compagnon de Simone de Beauvoir, il était un défenseur infatigable de la cause d'Israël.

Il avait été très affecté par la mort brutale l'an dernier de son fils Félix "emporté à 23 ans par un cancer impitoyable".

"La mort ne va pas de soi. Moi, je ne suis pas du tout pour la mort. Je crois toujours à la vie. J'aime la vie à la folie même si elle n'est pas le plus souvent marrante", avait-il confié récemment à un journaliste de l'AFP. Il se revendiquait résistant et combattant de la vérité.

"Si je suis irréductible, c'est par rapport à la vérité. Quand je regarde ce que j'ai fait au cours de ma vie, je crois que j'ai incarné la vérité. Je n'ai pas joué avec ça", avait-il affirmé.


La suite du direct