“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

INTERVIEW. Sandrine Kiberlain: "Sur mon carnet scolaire, les profs écrivaient: t...

YouTube lance ce mercredi ses premières séries françaises, réservées aux abonnée...

Un ancien nageur de Monaco devenu acteur rêve de se faire un nom à Hollywood

Ce jazzman compose la musique d'un dessin animé dédié à Monaco

INTERVIEW. Jean-Louis Trintignant: "J'arrête le cinéma!"

Ce qu'on apprend vraiment dans le nouveau Star Wars

Mis à jour le 16/05/2018 à 08:06 Publié le 16/05/2018 à 08:04
L'équipe du film Solo: A Star Wars story en photocall au Festival de Cannes.

L'équipe du film Solo: A Star Wars story en photocall au Festival de Cannes. Photo Sébastien Botella

Ce qu'on apprend vraiment dans le nouveau Star Wars

On a vu Solo: A Star Wars story en avant première mondiale au Festival de Cannes, mardi 15 mai.

Grosse affaire! Comme le film ne sort que le 23 mai, tout le monde veut savoir s’il est bien et ce que ça raconte.

Ok mais d’abord, entendons-nous bien: ce n’est pas un nouveau Star Wars. Juste un spin off, c’est à dire un film appartenant à l’univers de Star Wars, mais qui ne fait pas partie de l’histoire officielle.

Tant mieux: on ne sait plus où on en est dans les trilogies et on a déjà tout oublié du dernier (Les derniers Jedi).

Comme son titre l’indique, Solo est centré sur le personnage de Han Solo. Là aussi, ça tombe bien puisque c’était celui qu’on préférait quand il était incarné par Harrison Ford.

Là, c’est Alden Ehrenreich qui reprend le rôle de Solo jeune et comment dire? C’est pas pareil. L’acteur, découvert dans Tetro et Sublimes créatures à beau se la jouer bad boy cool, on a du mal à retrouver les gènes de notre "plus célèbre contrebandier de l’espace" chéri.

On n’apprend rien non plus sur l’enfance du personnage, qu’on retrouve à l’âge de jeune adulte dans un premier deal qui tourne mal. Il vole du Coaxium (le nouveau pétrole), se le fait revoler et va essayer d’en voler encore avec une équipe de contrebandiers plus expérimentés, dirigée par Woody Harrelson (qu’on croyait resté sur La planète des Singes).

Jeté en prison, Solo fait la connaissance de Chewbacca. La scène devrait être hyper émouvante, mais le réalisateur Ron Howard l’expédie vite fait, comme le reste. Trop pressé de mettre en scène une nouvelle poursuite dans l’espace avec plein de bruitages sympas.

Pareil pour le Faucon Millenium que Solo (auquel on attribue ce nom parce qu’il est orphelin: il fallait y penser) essaie de gagner aux cartes au jeune Lando (Joué par Donald Glover).

Foin de nostalgie: on enclenche direct le mode hyper espace et roulez jeunesse! Ça va très vite, il faut s’accrocher. A peine a-t-on appris l’âge de Chewbacca (190 ans, mais il ne les fait pas) et mémorisé le nom du conglomérat l’ennemi (L’aube écarlate), que c’est déjà fini.

Ah oui, il y a aussi deux nouvelles héroïnes: Qi’ra la fiancée de Han jouée par Emilia Clarke et L3 une androïde au caractère et aux convictions féministes très affirmées qui sert d’assistante à Lando.

C’est la deuxième qui joue le mieux, mais le réalisateur a quand même choisi de garder la première pour le prochain épisode. Car évidemment, il y aura une suite.

Vivement!


La suite du direct