“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Cet Azuréen a un plan pour sauver les légumes du terroir en voie de disparition

Céline Molière, la chef d'entreprise atypique d'Emilie & the cool kids qui trans...

En arrivant ce dimanche à Monaco, Rémi Camus a bouclé son incroyable tour de Fra...

Comment ces villages se battent pour leur patrimoine (1/2). Ils misent sur le Lo...

VIDEO Cap-d'Ail fête son héros Didier Deschamps en présence de la coupe du Monde...

Katia Ward : le goût et la passion d'une cake designer à Monaco

Mis à jour le 29/01/2016 à 05:09 Publié le 29/01/2016 à 05:09
Dans sa cuisine à Roquebrune-Cap-Martin, Katia crée tous les jours des gâteaux pour les clients les plus exigeants.

Dans sa cuisine à Roquebrune-Cap-Martin, Katia crée tous les jours des gâteaux pour les clients les plus exigeants. Photo J.D.

Katia Ward : le goût et la passion d'une cake designer à Monaco

Banquière durant vingt ans au Liban puis à Monaco, la jeune femme s'est reconvertie dans la pâtisserie et le travail du sucre. Chaque jour, elle réalise de délicieux petits chefs-d'œuvre

Mais qu'est-ce qui peut bien encourager une banquière à devenir cake designer ? « L'amour ! » L'amour de la pâtisserie, l'amour de la création, mais d'abord l'amour pour son mari gourmand : Jacob Ward, ingénieur civil à Monaco.

Katia Ward n'était pourtant pas destinée à créer de délicieux petits chefs-d'œuvre. Elle qui a gravi tous les échelons de la banque à Beyrouth jusqu'à devenir directrice d'agence, a toujours eu un « sens artistique développé ». Mais de là à enfiler le tablier, c'est autre chose ! « A Monaco où j'ai travaillé à la banque Audi jusqu'à sa fermeture, je vivais seule dans un deux-pièces, mangeais au restaurant et ne savais même pas allumer le four. » Et puis il y a eu Jacob. « Je l'ai rencontré quatre mois après...

Pour lire ce contenu :

J'accède gratuitement à cet article en regardant une publicité

ou

je suis déjà abonné, me connecter


La suite du direct