“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Le Monégasque Charles Leclerc teste une Ferrari sur le circuit du Castellet

PHOTOS. Le pilote monégasque Charles Leclerc fête son arrivée dans l'écurie Ferr...

Le prince Albert-II salue le "talent, l'esprit de perfectionniste et la détermin...

En haut : en octobre 2017, Charles Leclerc fêtait en famille - rue Caroline - son titre de champion de Formule 2. Un an plus tard, après une première saison en F1, il rejoint l'écurie Ferrari. À gauche : Charles, en 2018, lors de son premier Grand Prix F1 à Monaco, sous les couleurs d'Alfa Romeo Sauber. A droite : Alors entouré de Jules Bianchi, l'ami et frère disparu, et Felipe Massa, pilote de la Scuderia entre 2006 et 2013.

Charles Leclerc hisse haut les couleurs de Monaco

Formule1: le Monégasque Charles Leclerc remplacera Kimi Räikkönen chez Ferrari e...

VIDÉO. "J'ai défié Charles Leclerc au simulateur du MGP Live"

Mis à jour le 24/05/2018 à 19:49 Publié le 24/05/2018 à 19:23
Résultat: 36 secondes de retard au tour, peut mieux faire!

Résultat: 36 secondes de retard au tour, peut mieux faire! Photo Sarah Ciampa

VIDÉO. "J'ai défié Charles Leclerc au simulateur du MGP Live"

Notre stagiaire, a essayé de battre le prodige monégasque au simulateur installé dans le stand Sauber, au MGP Live du Grand Prix de Monaco. Résultat: 36 secondes de retard au tour... pour Mathilde.

Parcourir le tracé monégasque en totale immersion, c’est ce que promet le stand Alfa Roméo-Sauber. Pour garantir le plein de sensations, l’écurie a opté pour une attraction en réalité virtuelle.

J’ai essayé. Assise dans une carrosserie blanche et rouge, un casque de VR sur les yeux, je dois finir un tour le plus rapidement possible. "Ne vous en faites pas, ça ne secoue pas trop", me confie l’animatrice du stand. Il aurait mieux fallu ne pas la croire…

Peur bleue et grosses cascades

Une fois assise dans le simulateur, les pieds sur les pédales, la course peut démarrer. Je n’ai pas à me soucier des adversaires, la piste est prévue rien que pour moi.

Au démarrage, le stress monte. Il ne me faut pas bien longtemps pour comprendre que l’animatrice m’a menti. Au virage de Sainte-Dévote, ma voiture heurte les rails de sécurité. Aussitôt, la carrosserie fixée sur quatre vérins électriques se met à tanguer.

Si le choc est violent, ma voiture virtuelle n’a rien. On m’aide alors à me dégager: "Accélère, je vais te faire reculer", me dit-on. Paroles, paroles. Il me faudra bien 10 secondes pour réussir à me remettre sur la voie.

Mon seul moment de répit, le tunnel. Sur cette longue ligne droite, j’en profite pour souffler un peu et profiter du paysage. Je vois la ligne d’arrivée se rapprocher et ne rêve que d’une seule chose: retirer ce foutu casque.

Retour sur la terre ferme

Il ne me faudra que quelques secondes pour sortir de cette machine infernale, non sans avoir mal au cœur. Sur la piste, j’y étais; même un peu trop. Résultat final: 1’53’’. Bien loin du 1’17’’ de Charles Leclerc et Marcus Ericsson. Tant pis, il me reste encore trois jours pour devenir la reine du circuit.


La suite du direct