“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Le Monégasque Charles Leclerc teste une Ferrari sur le circuit du Castellet

PHOTOS. Le pilote monégasque Charles Leclerc fête son arrivée dans l'écurie Ferr...

Le prince Albert-II salue le "talent, l'esprit de perfectionniste et la détermin...

En haut : en octobre 2017, Charles Leclerc fêtait en famille - rue Caroline - son titre de champion de Formule 2. Un an plus tard, après une première saison en F1, il rejoint l'écurie Ferrari. À gauche : Charles, en 2018, lors de son premier Grand Prix F1 à Monaco, sous les couleurs d'Alfa Romeo Sauber. A droite : Alors entouré de Jules Bianchi, l'ami et frère disparu, et Felipe Massa, pilote de la Scuderia entre 2006 et 2013.

Charles Leclerc hisse haut les couleurs de Monaco

Formule1: le Monégasque Charles Leclerc remplacera Kimi Räikkönen chez Ferrari e...

Sébastien Ogier leader sous pression après la 2e étape du Rallye Monte-Carlo

Mis à jour le 26/01/2018 à 17:31 Publié le 26/01/2018 à 17:28
 Sébastien Ogier a maintenu sa Ford Fiesta en tête lors de la 2e étape.

Sébastien Ogier a maintenu sa Ford Fiesta en tête lors de la 2e étape. Photo AFP

Sébastien Ogier leader sous pression après la 2e étape du Rallye Monte-Carlo

Parti pour dominer la course, le tenant du trophée a vu son avance fondre subitement après un tête-à-queue, ce vendredi après-midi. La Ford Fiesta numéro 1 reste donc menacée par la Toyota de l’Estonien Ott Tänak, 2e à 14’’9.

Si la neige se fait désirer sur les routes des Hautes-Alpes, le Rallye Monte-Carlo, 86e du nom, tient tout de même ses promesses.

Ce vendredi, d’un bout à l’autre de la deuxième étape, jour le plus long jalonné de 6 épreuves spéciales (145 km chronométrés) et 12 cols à négocier, spectacle et suspense sont allés de pair pour le plus grand bonheur du public massivement présent en bordure du champ d’action.

Leader dès l’ouverture des hostilités, la veille, Sébastien Ogier semblait bien parti pour faire le break dans son jardin haut-alpin. Après les écarts de trajectoire de Thierry Neuville (Hyundai) et Kris Meeke (Citroën) jeudi soir, Andreas Mikkelsen (Hyundai) lâchait prise lui aussi lors de la boucle matinale: alternateur hors service entre ES 3 et ES 4.

Comptant une quarantaine de secondes d’avance sur son ancien coéquipier Ott Tänak (Toyota) au carillon de midi, le quintuple champion du monde soulignait alors qu’une telle marge n’était pas suffisante pour enclencher le mode gestion si loin de l’arrivée.

Pour preuve : celui-ci frôlait ensuite la correctionnelle lorsque sa Ford Fiesta restait échouée sur le bas côté près d’une demi-minute suite à un tête-à-queue à la sortie d’une épingle détrempée (ES 7).

Ce vendredi, au départ de la 3e étape, également tracée dans les environs de Gap avant le retour à Monaco, la menace Tänak restera donc pressante dans les rétros d’Ogier.

14’’9 d’écart: vivement la suite!

>>LIRE AUSSI. VIDEO. On a joué les copilotes sur le Rallye Monte-Carlo et ... c'était dingue !

Le classement général

1.Ogier-Ingrassia (FRA/Ford Fiesta) 2h07’15’’4
2. Tänak-Jarveoja (EST/Toyota Yaris) à 14’’9
3. Sordo-Del Barrio (ESP/Hyundai i20Coupé) à 59’’7
4. Lappi-Ferm (FIN/Toyota Yaris) à 1’09’’9
5. Latvala-Anttila (FIN/Toyota Yaris) à 1’10’’1
6. Meeke-Nagle (GB-IRL/Citroën C3) à 2’45’’5...

à partir de 1 €


La suite du direct