“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Le Monégasque Charles Leclerc teste une Ferrari sur le circuit du Castellet

PHOTOS. Le pilote monégasque Charles Leclerc fête son arrivée dans l'écurie Ferr...

Le prince Albert-II salue le "talent, l'esprit de perfectionniste et la détermin...

En haut : en octobre 2017, Charles Leclerc fêtait en famille - rue Caroline - son titre de champion de Formule 2. Un an plus tard, après une première saison en F1, il rejoint l'écurie Ferrari. À gauche : Charles, en 2018, lors de son premier Grand Prix F1 à Monaco, sous les couleurs d'Alfa Romeo Sauber. A droite : Alors entouré de Jules Bianchi, l'ami et frère disparu, et Felipe Massa, pilote de la Scuderia entre 2006 et 2013.

Charles Leclerc hisse haut les couleurs de Monaco

Formule1: le Monégasque Charles Leclerc remplacera Kimi Räikkönen chez Ferrari e...

On a testé le simulateur F1 de la Collection du prince

Mis à jour le 25/06/2018 à 08:10 Publié le 25/06/2018 à 05:09
Résistance du volant, secousses, ceinture de sécurité qui se resserre au freinage… le simulateur donne, en seulement 8 minutes, une vraie idée de l’effort fourni par les – vrais – pilotes.

Résistance du volant, secousses, ceinture de sécurité qui se resserre au freinage… le simulateur donne, en seulement 8 minutes, une vraie idée de l’effort fourni par les – vrais – pilotes. Photo JFO

On a testé le simulateur F1 de la Collection du prince

C'est certainement ce qu'il manquait le plus au superbe Musée de l'automobile de Fontvieille : une interaction avec son public. Désormais, on peut y piloter une F1 comme ses idoles. Et on adore !

Dès l'entrée de la collection de voitures anciennes du Prince de Monaco, sur les terrasses de Fontvieille, un ronronnement familier attire le visiteur comme le miel les abeilles.

Depuis quelques jours, il semblerait que l'une des nombreuses monoplaces de Formule 1 parquées comme sur une ligne de départ ait remis le contact… Serait-ce la Red Bull 2017 de Daniel Ricciardo, dernier don enregistré par le directeur du musée, Philippe Renzini, et son équipe ? Impossible, seul le châssis est exposé. Mais alors d'où provient ce doux bruit de V6, parfois entrecoupé de...

Pour lire ce contenu :

J'accède gratuitement à cet article en regardant une publicité

ou

je suis déjà abonné, me connecter


La suite du direct