“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Le Monégasque Charles Leclerc teste une Ferrari sur le circuit du Castellet

PHOTOS. Le pilote monégasque Charles Leclerc fête son arrivée dans l'écurie Ferr...

Le prince Albert-II salue le "talent, l'esprit de perfectionniste et la détermin...

En haut : en octobre 2017, Charles Leclerc fêtait en famille - rue Caroline - son titre de champion de Formule 2. Un an plus tard, après une première saison en F1, il rejoint l'écurie Ferrari. À gauche : Charles, en 2018, lors de son premier Grand Prix F1 à Monaco, sous les couleurs d'Alfa Romeo Sauber. A droite : Alors entouré de Jules Bianchi, l'ami et frère disparu, et Felipe Massa, pilote de la Scuderia entre 2006 et 2013.

Charles Leclerc hisse haut les couleurs de Monaco

Formule1: le Monégasque Charles Leclerc remplacera Kimi Räikkönen chez Ferrari e...

Ogier reprend le pouvoir au Rallye Monte-Carlo

Mis à jour le 21/01/2017 à 17:38 Publié le 21/01/2017 à 17:35
L'enfant du pays, Sébastien Ogier, tient la corde.

L'enfant du pays, Sébastien Ogier, tient la corde. Photo AFP

Ogier reprend le pouvoir au Rallye Monte-Carlo

Il ne lui reste plus que quatre «virages» à négocier. Pas n'importe lesquels puisqu'il s'agit des deux cols du haut pays niçois jalonnant l'apothéose azuréenne du 85e Rallye Monte-Carlo, Saint- Roch (ES 14 et 16) et Turini (ES 15 et 17).

Au sortir des Hautes-Alpes, c'est désormais l'enfant du pays, Sébastien Ogier (Ford Fiesta), qui tient la corde pour triompher une cinquième fois en Principauté.

Lors de la 3e étape disputée ce samedi au sud de Gap, sur des routes encore parsemées de nombreux pièges de glace, Thierry Neuville (Hyundai i20 Coupé), solide leader depuis le départ, semblait avoir accompli le plus dur.

Mais le leader belge s'est finalement fait piéger dans la dernière épreuve spéciale du jour (ES 13). Dérapage non contrôlé, choc à l'arrière droit, jante et triangle cassés!

Irréprochable jusque-là, le vice-champion du monde perdait toute chance de victoire en restant immobilisé une trentaine de minutes sur place pour réparer et repartir. «Jusqu'à maintenant, Thierry réalisait la course idéale», reconnaît Ogier, qui comptait 51 secondes de retard avant ce rebondissement.

«Il avait adopté d'entrée un rythme très élevé. Moi, j'ai commis quelques petites erreurs et lui une grosse. Voilà, c'est le Monte-Carlo! Figurer en tête maintenant, c'est un sentiment incroyable, compte tenu de notre faible expérience avec la Fiesta.

Mais il faut encore aller au bout. Attention, le Turini réserve parfois des surprises. A nous de réussir à le négocier sans encombre pour débuter en beauté notre parcours avec le team M-Sport.»

Invaincu en Principauté depuis 2014, l'ogre du WRC s'élancera à l'assaut de l'ultime boucle (53,7 km chronométrés) ce dimanche matin nanti d'une marge de 47''1 sur son coéquipier estonien Ott Tänak.

De quoi aborder sereinement les pentes de la montagne sacrée du sport automobile... où des précipitations neigeuses pourraient pimenter la lutte finale.

à partir de 1 €


La suite du direct