“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

PHOTOS. Le pilote monégasque Charles Leclerc fête son arrivée dans l'écurie Ferr...

Le prince Albert-II salue le "talent, l'esprit de perfectionniste et la détermin...

En haut : en octobre 2017, Charles Leclerc fêtait en famille - rue Caroline - son titre de champion de Formule 2. Un an plus tard, après une première saison en F1, il rejoint l'écurie Ferrari. À gauche : Charles, en 2018, lors de son premier Grand Prix F1 à Monaco, sous les couleurs d'Alfa Romeo Sauber. A droite : Alors entouré de Jules Bianchi, l'ami et frère disparu, et Felipe Massa, pilote de la Scuderia entre 2006 et 2013.

Charles Leclerc hisse haut les couleurs de Monaco

Formule1: le Monégasque Charles Leclerc remplacera Kimi Räikkönen chez Ferrari e...

On connait les dates des Grands Prix de F1 du Castellet et de Monaco pour 2019

Les fans de F1 à l'affût des premiers pilotes dans les paddocks

Mis à jour le 24/05/2017 à 15:07 Publié le 24/05/2017 à 14:34
Antonio Giovinazzi, troisième pilote de Ferrari sollicité ce mercredi matin.

Antonio Giovinazzi, troisième pilote de Ferrari sollicité ce mercredi matin. T.M

Les fans de F1 à l'affût des premiers pilotes dans les paddocks

A la veille des premiers essais, les spectateurs décrochent les premiers selfies et autographes.

A 15 heures débutera, sur le quai Antoine-1er, la conférence de presse des pilotes. Un moment guetté par les fans de F1 qui, pour certains, font le pied de grue depuis ce matin à l'entrée des paddocks, face à La Rascasse.

Objectif : gratter un selfie ou un autographe, voire échanger quelques mots avec leurs idoles.

Ce matin, ils étaient déjà nombreux à solliciter Antonio Giovinazzi, troisième pilote de Ferrari. Bien qu'homme de l'ombre, en tant que pilote essayeur, l'Italien a pu mesurer sa popularité à l'heure où ses mécaniciens prenaient véritablement leurs marques.

Sur le boulevard Albert-1er, c'était ainsi portes ouvertes dans certaines écuries. Certains mécaniciens ouvrant les portes coulissantes des ateliers dans l'espoir de gagner en fraîcheur. Une aubaine pour les curieux qui, de l'autre côté des barrières de sécurité, ont pu lorgner sur la préparation des ailerons et autres pièces des bolides qui dévoreront le bitume dès demain.


La suite du direct