“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Le Monégasque Charles Leclerc teste une Ferrari sur le circuit du Castellet

PHOTOS. Le pilote monégasque Charles Leclerc fête son arrivée dans l'écurie Ferr...

Le prince Albert-II salue le "talent, l'esprit de perfectionniste et la détermin...

En haut : en octobre 2017, Charles Leclerc fêtait en famille - rue Caroline - son titre de champion de Formule 2. Un an plus tard, après une première saison en F1, il rejoint l'écurie Ferrari. À gauche : Charles, en 2018, lors de son premier Grand Prix F1 à Monaco, sous les couleurs d'Alfa Romeo Sauber. A droite : Alors entouré de Jules Bianchi, l'ami et frère disparu, et Felipe Massa, pilote de la Scuderia entre 2006 et 2013.

Charles Leclerc hisse haut les couleurs de Monaco

Formule1: le Monégasque Charles Leclerc remplacera Kimi Räikkönen chez Ferrari e...

Le pilote monégasque Stéphane Richelmi couronné champion du monde d'Endurance

Mis à jour le 06/11/2016 à 12:40 Publié le 06/11/2016 à 12:40

Le pilote monégasque Stéphane Richelmi couronné champion du monde d'Endurance

Il lui tendait les bras. Il a su le saisir. Sur le circuit de Shanghai, Stéphane Richelmi, 26 ans, a décroché ce dimanche son premier titre en sport auto.

Pas n'importe quelle couronne puisque le Monégasque et ses deux coéquipiers, Nicolas Lapierre le Français et Gustavo Menezes l'Américain, sont devenus champions du monde d'Endurance, catégorie LMP2, offrant par la même occasion le sceptre des teams à l'équipe tricolore Signatech-Alpine.

Si le podium de la manche chinoise du FIA-WEC s'est refusé à eux, les trois ambassadeurs de la marque française renaissante ont assuré l'essentiel, avec une quatrième place synonyme de consécration à l'issue des 6 heures de course.

Aux mains de Lapierre, l'A460 numéro 36 a en effet coupé la ligne dans le sillage de la Ligier JS P2 de l'écurie mexicaine RGR Sport (Albuquerque-Gonzalez-Senna), son ultime rivale désormais devancée de 35 points au classement général.

Le moins que l'on puisse dire, c'est que le commando Alpine n'a pas volé ce titre. En témoigne son tableau de chasse orné de quatre victoires, dont la plus prestigieuse décrochée aux 24 Heures du Mans.

Après avoir gravi les échelons en monoplace jusqu'au GP2, une antichambre de la F1 qui l'a vu s'imposer à domicile, dans les rues de Monaco, en 2014, Richelmi Junior ne pouvait pas mieux débuter sa nouvelle trajectoire sur la scène majuscule de l'Endurance.

«A chaud, difficile de réaliser ce qui nous arrive», jubile le digne fils du triple champion de France des rallyes terre, Jean-Pierre Richelmi. «L'alliance Signatech-Alpine avait déjà obtenu deux titres continentaux (European Le Mans Series, 2013 et 2014, ndlr). Voilà, jamais deux sans trois! Cette fois, c'est le top niveau. Une belle réussite collective à laquelle je suis fier d'avoir contribué. Bravo et merci aux ingénieurs, aux mécanos… et à mes deux super compagnons d'aventure, Nicolas et Gustavo, bien sûr!»

Contrairement aux équipages Porsche (Dumas-Jani-Lieb) et Toyota (Conway-Kobayashi-Sarrazin), toujours en course pour le titre dans la catégorie reine (LMP1 Hybride), le trio du «A fléché» abordera sans pression les 6 Heures de Bahreïn, manche finale du championnat, dans deux semaines.

Son seul objectif au Moyen Orient? Embrasser une cinquième victoire!


La suite du direct