“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Le Monégasque Charles Leclerc teste une Ferrari sur le circuit du Castellet

PHOTOS. Le pilote monégasque Charles Leclerc fête son arrivée dans l'écurie Ferr...

Le prince Albert-II salue le "talent, l'esprit de perfectionniste et la détermin...

En haut : en octobre 2017, Charles Leclerc fêtait en famille - rue Caroline - son titre de champion de Formule 2. Un an plus tard, après une première saison en F1, il rejoint l'écurie Ferrari. À gauche : Charles, en 2018, lors de son premier Grand Prix F1 à Monaco, sous les couleurs d'Alfa Romeo Sauber. A droite : Alors entouré de Jules Bianchi, l'ami et frère disparu, et Felipe Massa, pilote de la Scuderia entre 2006 et 2013.

Charles Leclerc hisse haut les couleurs de Monaco

Formule1: le Monégasque Charles Leclerc remplacera Kimi Räikkönen chez Ferrari e...

Un Grand Prix électrique qui promet du spectacle

Mis à jour le 28/04/2017 à 05:25 Publié le 28/04/2017 à 05:25
Commissaire général de l'Automobile club de Monaco, Christian Tornatore, se prépare à cette deuxième édition.

Commissaire général de l'Automobile club de Monaco, Christian Tornatore, se prépare à cette deuxième édition. Michael Alesi

Un Grand Prix électrique qui promet du spectacle

La Principauté accueillera son deuxième ePrix le 13 mai. Une compétition qui gagne en performance cette année, avec des véhicules qui courront plus longtemps et qui iront plus vite qu'en 2015

C'est la Formule 1 d'avenir. Celle qui allie le sport automobile et la vertu environnementale. Le 13 mai, la Principauté hébergera le deuxième ePrix de son histoire. Ce rendez-vous s'inscrit dans la troisième saison de la compétition de Formula E. Et en trois ans, la discipline et ses bolides se sont améliorés.

« Je pense qu'ils vont aller plus vite car ils ont plus de puissance et seront plus attractifs encore », souligne Christian Tornatore, commissaire général de l'ACM. En pratique, les voitures ont désormais le choix dans l'équipement de leur boîte de vitesse. Puis un aileron avant repensé et des bras de suspension renforcés pour éviter la casse. De quoi asseoir leur résistance.

51 tours au lieu de 47

D'ailleurs, si le tracé...

Pour lire ce contenu :

J'accède gratuitement à cet article en regardant une publicité

ou

je suis déjà abonné, me connecter


La suite du direct