“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Le Monégasque Charles Leclerc teste une Ferrari sur le circuit du Castellet

PHOTOS. Le pilote monégasque Charles Leclerc fête son arrivée dans l'écurie Ferr...

Le prince Albert-II salue le "talent, l'esprit de perfectionniste et la détermin...

En haut : en octobre 2017, Charles Leclerc fêtait en famille - rue Caroline - son titre de champion de Formule 2. Un an plus tard, après une première saison en F1, il rejoint l'écurie Ferrari. À gauche : Charles, en 2018, lors de son premier Grand Prix F1 à Monaco, sous les couleurs d'Alfa Romeo Sauber. A droite : Alors entouré de Jules Bianchi, l'ami et frère disparu, et Felipe Massa, pilote de la Scuderia entre 2006 et 2013.

Charles Leclerc hisse haut les couleurs de Monaco

Formule1: le Monégasque Charles Leclerc remplacera Kimi Räikkönen chez Ferrari e...

Le Grand Prix de Monaco est-il menacé par un vaste projet immobilier?

Mis à jour le 29/05/2016 à 12:00 Publié le 29/05/2016 à 11:45
L’immeuble de neuf étages de ce vaste aménagement qui prendrait place au bout du quai Albert-Ier, sur le port Hercule.

L’immeuble de neuf étages de ce vaste aménagement qui prendrait place au bout du quai Albert-Ier, sur le port Hercule. Photo Cyril Dodergny

Le Grand Prix de Monaco est-il menacé par un vaste projet immobilier?

La polémique est partie d’une interview. Celle de Michel Boeri, publiée dans Monaco-Matin le 17 mai dernier.

Dans cet entretien, le président de l’Automobile Club de Monaco (ACM) n’y va pas avec le dos de la cuillère: «Le projet de M. Caroli, s’il devait voir le jour, entraînerait automatiquement la fin du Grand Prix de Formule 1. Je vous le garantis sur facture.»

En ligne de mire, une opération immobilière à 500 millions d’euros, portée par le groupe Caroli, dont le permis de construire est actuellement à l’étude. Ou, pour être tout à fait précis, l’immeuble de neuf étages de ce vaste aménagement qui prendrait place au bout du quai Albert-Ier, sur le port Hercule.

Le projet est séduisant: un Centre de l’homme et de la mer à l’architecture somptueuse, un musée Grimaldi, des restaurants, des bars, des commerces des bureaux et un immeuble d’habitation.

L’ennui, c’est que ce dernier bâtiment occuperait une partie du TV Compound, cet espace qui accueille les car-régies des télévisions chargées de retransmettre le Grand Prix dans le monde entier.

Le règlement de Formula One Management est sans appel: il faut réserver au moins 4.000 m2 au TV Compound et disposer d’un rayon de braquage de 30 mètres pour les semi-remorques. Or, en l’état actuel du projet, l’opération immobilière ne laisserait que 2.500 m2 à l’ACM. D’où le verdict du président Boeri: «Pas de TV Compound, pas de Grand Prix!

La polémique agite la Principauté depuis des semaines. Pour ne pas dire des mois. À tous les étages du pouvoir. La société Samegi (groupe Caroli) et l’ACM se sont vus à plusieurs reprises pour tenter de trouver un compromis. Ou une autre aire d’accueil du TV Compound, disposant des surfaces requises. Le parking sous-terrain des Pêcheurs aurait même été évoqué. Une hypothèse impensable pour les organisateurs du Grand Prix.

À l’image de Canal +, les télévisions ne peuvent pas imaginer une seconde s’éloigner de la piste. Conclusion: le problème semble insoluble. En cas de blocage, la solution, d’une manière ou d’une autre, viendra d’en haut. Du Palais princier.


La suite du direct