“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Le Monégasque Charles Leclerc teste une Ferrari sur le circuit du Castellet

PHOTOS. Le pilote monégasque Charles Leclerc fête son arrivée dans l'écurie Ferr...

Le prince Albert-II salue le "talent, l'esprit de perfectionniste et la détermin...

En haut : en octobre 2017, Charles Leclerc fêtait en famille - rue Caroline - son titre de champion de Formule 2. Un an plus tard, après une première saison en F1, il rejoint l'écurie Ferrari. À gauche : Charles, en 2018, lors de son premier Grand Prix F1 à Monaco, sous les couleurs d'Alfa Romeo Sauber. A droite : Alors entouré de Jules Bianchi, l'ami et frère disparu, et Felipe Massa, pilote de la Scuderia entre 2006 et 2013.

Charles Leclerc hisse haut les couleurs de Monaco

Formule1: le Monégasque Charles Leclerc remplacera Kimi Räikkönen chez Ferrari e...

Grand tourisme: le pilote monégasque Olivier Beretta, 47 ans, que l'on croyait fini se voit prolonger par Ferrari

Mis à jour le 02/05/2017 à 08:56 Publié le 02/05/2017 à 05:19
On le croyait bientôt rangé des voitures de course. Fausse piste ! À 47 ans, Olivier Beretta continue de filer le parfait amour pied au plancher avec le cheval cabré, sur les circuits du Vieux Continent (ici lors des 3 Heures de Monza)... et même au bout du monde.

On le croyait bientôt rangé des voitures de course. Fausse piste ! À 47 ans, Olivier Beretta continue de filer le parfait amour pied au plancher avec le cheval cabré, sur les circuits du Vieux Continent (ici lors des 3 Heures de Monza)... et même au bout du monde. Georges Decoster

Grand tourisme: le pilote monégasque Olivier Beretta, 47 ans, que l'on croyait fini se voit prolonger par Ferrari

Au crépuscule d'une saison 2016 « quasi-sabbatique » durant laquelle il n'avait chassé le chrono qu'au Castellet, à Spa-Francorchamps et au Nürburgring, on le pensait fermement engagé sur la voie de décélération.

Trois petites courses et puis s'en va, Olivier Beretta ? Que nenni !

Cet hiver, le Monégasque est reparti pied au plancher. « Apparemment, je ne suis pas encore trop rouillé, à 47 ans, puisque Ferrari m'a proposé plusieurs opportunités intéressantes », confie le serviteur du cheval cabré qui a donc entamé une sixième campagne sans frontières dans l'habit de lumière rouge. « Ce que je ne voulais plus, c'était vivre dans l'avion, enchaîner des allers et retours incessants aux États-Unis. Là-bas, je pense avoir fait le tour de la question. J'ai gagné les 24 Heures de Daytona au général (en 2000, ndlr), les 12 Heures de Sebring à quatre reprises et le championnat American Le Mans...

Pour lire ce contenu :

J'accède gratuitement à cet article en regardant une publicité

ou

je suis déjà abonné, me connecter


La suite du direct