“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

PHOTOS. Le pilote monégasque Charles Leclerc fête son arrivée dans l'écurie Ferr...

Le prince Albert-II salue le "talent, l'esprit de perfectionniste et la détermin...

En haut : en octobre 2017, Charles Leclerc fêtait en famille - rue Caroline - son titre de champion de Formule 2. Un an plus tard, après une première saison en F1, il rejoint l'écurie Ferrari. À gauche : Charles, en 2018, lors de son premier Grand Prix F1 à Monaco, sous les couleurs d'Alfa Romeo Sauber. A droite : Alors entouré de Jules Bianchi, l'ami et frère disparu, et Felipe Massa, pilote de la Scuderia entre 2006 et 2013.

Charles Leclerc hisse haut les couleurs de Monaco

Formule1: le Monégasque Charles Leclerc remplacera Kimi Räikkönen chez Ferrari e...

On connait les dates des Grands Prix de F1 du Castellet et de Monaco pour 2019

Grand Prix de Monaco: Laurent Dupin, le régional de l'étape

Mis à jour le 27/05/2016 à 05:08 Publié le 27/05/2016 à 05:08
Le journaliste de Canal+ revient sur ses terres

Le journaliste de Canal+ revient sur ses terres Photo Cyril Dodergny

Grand Prix de Monaco: Laurent Dupin, le régional de l'étape

Le reporter de Canal + a grandi en Principauté. Le Grand Prix, il l'a vécu comme spectateur. Puis commissaire de piste. Avant d'officier comme journaliste, spécialiste du sport automobile

Côté bitume, Nico Rosberg est l'enfant du pays engagé dans ce Grand Prix de F1. Côté micro, Laurent Dupin peut prétendre au même titre. Le reporter de Canal +, né à Monaco en 1979, fait figure de régional de l'étape, fin connaisseur du tourniquet monégasque.

« J'avais 10 ans, je me souviens qu'un ami, à chaque Grand Prix, nous faisait passer les grillages pour se positionner juste derrière le rail et voir les voitures au plus près. Ce qui paraît aujourd'hui impensable, question sécurité. »

Une anecdote parmi d'autres pour le journaliste que le père emmenait chaque année à cette grande fête de la Formule 1. Il se remémore, gamin, quand il déambulait dans les stands et demandait des autographes à Alain Prost.

« J'avais accroché son poster sur le mur de ma chambre. Aujourd'hui, j'ai la chance de...

Pour lire ce contenu :

J'accède gratuitement à cet article en regardant une publicité

ou

je suis déjà abonné, me connecter


La suite du direct