“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Le Monégasque Charles Leclerc teste une Ferrari sur le circuit du Castellet

PHOTOS. Le pilote monégasque Charles Leclerc fête son arrivée dans l'écurie Ferr...

Le prince Albert-II salue le "talent, l'esprit de perfectionniste et la détermin...

En haut : en octobre 2017, Charles Leclerc fêtait en famille - rue Caroline - son titre de champion de Formule 2. Un an plus tard, après une première saison en F1, il rejoint l'écurie Ferrari. À gauche : Charles, en 2018, lors de son premier Grand Prix F1 à Monaco, sous les couleurs d'Alfa Romeo Sauber. A droite : Alors entouré de Jules Bianchi, l'ami et frère disparu, et Felipe Massa, pilote de la Scuderia entre 2006 et 2013.

Charles Leclerc hisse haut les couleurs de Monaco

Formule1: le Monégasque Charles Leclerc remplacera Kimi Räikkönen chez Ferrari e...

GP de Monaco Historique: quand les vieilles voitures font resurgir les souvenirs

Mis à jour le 13/05/2016 à 05:11 Publié le 13/05/2016 à 05:11
De gauche à droite et de haut en bas : chaque visiteur a son histoire de Grand Prix à raconter. Une histoire qui le lie intimement à ces bolides de course mythiques qui ont façonné leurs souvenirs. Alain , Barbara et George  ; Paolo  ; John ; Jan ; Hervé et Marion  nous ont raconté les leurs.

De gauche à droite et de haut en bas : chaque visiteur a son histoire de Grand Prix à raconter. Une histoire qui le lie intimement à ces bolides de course mythiques qui ont façonné leurs souvenirs. Alain , Barbara et George ; Paolo ; John ; Jan ; Hervé et Marion nous ont raconté les leurs... Photo Michael Alesi

GP de Monaco Historique: quand les vieilles voitures font resurgir les souvenirs

Les quelque 230 bolides qui prendront le départ du 10e Grand Prix de Monaco Historique étaient exposés hier sur le quai Antoine-Ier. Les visiteurs ont pu exhumer leurs souvenirs d'enfance

Chacun son époque, chacun sa voiture et chacun son champion. C'est un véritable musée à ciel ouvert qui s'offre aux passionnés sur le quai Antoine-Ier. Ceux-ci peuvent admirer depuis mercredi les quelque 230 bolides qui prendront part, dès aujourd'hui, au 10e Grand Prix de Monaco Historique.

Alain Gerbet a assisté à toutes les éditions depuis la première en 1997. « ça fait vivre le passé, c'est toute une ambiance », affirme-t-il entre deux photos. Il reprend : « Chaque époque a ses bons côtés mais les années cinquante avec les moteurs à l'avant des voitures, c'était quand même quelque chose. Il fallait du cœur et du courage pour mener une course, les pilotes étaient...

Pour lire ce contenu :

J'accède gratuitement à cet article en regardant une publicité

ou

je suis déjà abonné, me connecter


La suite du direct