“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Le Monégasque Charles Leclerc teste une Ferrari sur le circuit du Castellet

PHOTOS. Le pilote monégasque Charles Leclerc fête son arrivée dans l'écurie Ferr...

Le prince Albert-II salue le "talent, l'esprit de perfectionniste et la détermin...

En haut : en octobre 2017, Charles Leclerc fêtait en famille - rue Caroline - son titre de champion de Formule 2. Un an plus tard, après une première saison en F1, il rejoint l'écurie Ferrari. À gauche : Charles, en 2018, lors de son premier Grand Prix F1 à Monaco, sous les couleurs d'Alfa Romeo Sauber. A droite : Alors entouré de Jules Bianchi, l'ami et frère disparu, et Felipe Massa, pilote de la Scuderia entre 2006 et 2013.

Charles Leclerc hisse haut les couleurs de Monaco

Formule1: le Monégasque Charles Leclerc remplacera Kimi Räikkönen chez Ferrari e...

Finalement, Monaco n'accueillera pas le Grand Prix électrique de Moscou

Mis à jour le 04/05/2016 à 18:56 Publié le 04/05/2016 à 18:58
Le ePrix de Monaco en 2015 (illustration).

Le ePrix de Monaco en 2015 (illustration). Photo Jean-François Ottonello.

Finalement, Monaco n'accueillera pas le Grand Prix électrique de Moscou

Pour des raisons techniques, la Principauté a annoncé, mercredi, qu'elle ne pourrait organiser ce ePrix qui devait se dérouler dans la capitale russe le 4 juin.

La décision était imminente, elle est tombée ce mercredi en fin de journée: Monaco ne sera pas en mesure d'accueillir le Grand Prix électrique du 4 juin.

En raison de la défaillance de Moscou, là où devait initialement se dérouler l'épreuve, les organisateurs du championnat de Formule électrique s'étaient tournés vers le prince Albert II afin de voir si Monaco pouvait recueillir ce ePrix.

Le souverain avait donné son accord de principe.

Mais finalement, pour des raisons techniques, notamment l'impossibilité de démonter les installations du ePrix dans les temps afin de permettre au Jumping de prendre possession du port Hercule, la décision a finalement été prise de décliner la proposition.

Plus d'informations dans Monaco-Matin et Nice-Matin jeudi.


La suite du direct