“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Le Monégasque Charles Leclerc teste une Ferrari sur le circuit du Castellet

PHOTOS. Le pilote monégasque Charles Leclerc fête son arrivée dans l'écurie Ferr...

Le prince Albert-II salue le "talent, l'esprit de perfectionniste et la détermin...

En haut : en octobre 2017, Charles Leclerc fêtait en famille - rue Caroline - son titre de champion de Formule 2. Un an plus tard, après une première saison en F1, il rejoint l'écurie Ferrari. À gauche : Charles, en 2018, lors de son premier Grand Prix F1 à Monaco, sous les couleurs d'Alfa Romeo Sauber. A droite : Alors entouré de Jules Bianchi, l'ami et frère disparu, et Felipe Massa, pilote de la Scuderia entre 2006 et 2013.

Charles Leclerc hisse haut les couleurs de Monaco

Formule1: le Monégasque Charles Leclerc remplacera Kimi Räikkönen chez Ferrari e...

En immersion sur les

Mis à jour le 26/01/2018 à 05:33 Publié le 26/01/2018 à 05:33
Difficile d'en mener large au moment de grimper dans la Citroën C3 de Kris Meeke pour dévorer les routes du Mont Agel. Mais au final, quel pied !

En immersion sur les

À quelques heures du départ officiel du Rallye Monte-Carlo et juste avant la présentation des pilotes et bolides place du Casino, nous avons joué les copilotes de Kris Meeke au Mont Agel

Dément. Voilà le mot qui convient le mieux à ma première immersion en rallye, hier, en tant que copilote du Britannique Kris Meeke (Citroën C3 WRC) sur la route militaire du Mont Agel.

6 km de pure adrénaline. 6 km de bitume avalés à tombeau ouvert sur des portions de route parfois si étroites que les rétroviseurs chatouillaient les rails et autres murets de pierre. 6 km d'un parcours aller-retour sinueux, tortueux, montueux, épineux… Bref, dangereux pour le commun des mortels - au point d'être limité 40 km/h - mais dévalé assurément à plus de 100 km/h en pointe. Sur une chaussée humide…

Un exercice d'équilibriste pourtant vécu en totale sérénité de la ligne de départ au drapeau à damiers, tant...

Pour lire ce contenu :

J'accède gratuitement à cet article en regardant une publicité

ou

je suis déjà abonné, me connecter


La suite du direct