“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Le Monégasque Charles Leclerc teste une Ferrari sur le circuit du Castellet

PHOTOS. Le pilote monégasque Charles Leclerc fête son arrivée dans l'écurie Ferr...

Le prince Albert-II salue le "talent, l'esprit de perfectionniste et la détermin...

En haut : en octobre 2017, Charles Leclerc fêtait en famille - rue Caroline - son titre de champion de Formule 2. Un an plus tard, après une première saison en F1, il rejoint l'écurie Ferrari. À gauche : Charles, en 2018, lors de son premier Grand Prix F1 à Monaco, sous les couleurs d'Alfa Romeo Sauber. A droite : Alors entouré de Jules Bianchi, l'ami et frère disparu, et Felipe Massa, pilote de la Scuderia entre 2006 et 2013.

Charles Leclerc hisse haut les couleurs de Monaco

Formule1: le Monégasque Charles Leclerc remplacera Kimi Räikkönen chez Ferrari e...

Canal+ veut rester au Grand Prix de Monaco

Mis à jour le 29/05/2016 à 09:05 Publié le 29/05/2016 à 09:00
Au bout du quai Antoine 1er, les car-régies des chaînes présentes stationnent sur la TV compound.

Au bout du quai Antoine 1er, les car-régies des chaînes présentes stationnent sur la TV compound. Photo Jean-François Ottonello

Canal+ veut rester au Grand Prix de Monaco

La chaîne cryptée déploie 25 personnes pour couvrir ce Grand Prix. Avec, comme « tour de contrôle », le TV Compound, espace prioritaire pour le bon travail des équipes télé.

C’est lui qui a un œil sur toutes les images. Le directeur de production sport de Canal +, François-Charles Bideaux, est un habitué du Grand Prix de Monaco, qu’il a longtemps réalisé pour l’ACM. Pour la chaîne cryptée, ce week-end de F1 est, depuis 2013, un grand défi technique.

«C’est le seul Grand Prix où nous retransmettons toutes les courses. Nous proposons aux téléspectateurs un dimanche à Monaco car c’est notre Grand Prix national», commente François-Charles Bideaux qui déploie une équipe de 25 personnes. Et le support technique d’un car-régie avec des bancs de montage pour préparer les sujets captés par les journalistes tout autour du circuit.

Un espace essentiel

Leur centre névralgique? Le TV Compound, positionné sur l’esplanade des Pêcheurs. Là, quatorze équipes de télévisions internationales déploient leur matériel pour couvrir au mieux le Grand Prix de Monaco. Et n’entendent pas faire autrement. «Il est essentiel d’avoir cet espace et ses infrastructures pour des moyens de production qui sont lourds. Si autant de télévisions viennent pour couvrir le Grand Prix, c’est pour être au cœur du dispositif», explique François-Charles Bideaux.

À quelques mètres des paddocks et de la piste, les équipes font le va-et-vient pour décharger leurs images et recharger leurs batteries, notamment dans leurs car-régies. «Tout événement international se doit d’avoir ce type d’équipement, que l’on retrouve sur chaque Grand Prix et qui est essentiel à la bonne marche du travail de la presse. Le Grand Prix de Monaco est un des événements sportifs les plus regardés au monde. Si on veut prétendre à ce retentissement, il faut respecter le cahier des charges imposé pour cet espace, c’est une priorité», continue le professionnel de l’image. Qui fait le comparatif avec le football: «Certains stades sont disqualifiés pour accueillir de grandes compétitions s’ils n’ont pas les infrastructures adéquates…»

Imaginer déplacer le TV Compound ne semble pas viable pour les équipes de télévision engagées dans la course. Notamment pour Canal +. Qui finira, après la course ce dimanche après-midi, sur le plateau en plein air de l’émission de F1 de la chaîne, Formula One, installé sur la digue Rainier-III. Juste au-dessus de leur car-régie.

à partir de 1 €


La suite du direct