“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Le Monégasque Charles Leclerc teste une Ferrari sur le circuit du Castellet

PHOTOS. Le pilote monégasque Charles Leclerc fête son arrivée dans l'écurie Ferr...

Le prince Albert-II salue le "talent, l'esprit de perfectionniste et la détermin...

En haut : en octobre 2017, Charles Leclerc fêtait en famille - rue Caroline - son titre de champion de Formule 2. Un an plus tard, après une première saison en F1, il rejoint l'écurie Ferrari. À gauche : Charles, en 2018, lors de son premier Grand Prix F1 à Monaco, sous les couleurs d'Alfa Romeo Sauber. A droite : Alors entouré de Jules Bianchi, l'ami et frère disparu, et Felipe Massa, pilote de la Scuderia entre 2006 et 2013.

Charles Leclerc hisse haut les couleurs de Monaco

Formule1: le Monégasque Charles Leclerc remplacera Kimi Räikkönen chez Ferrari e...

Accidents, pannes... on a passé les 721 abandons du Grand Prix de Monaco au crash-test

Mis à jour le 25/05/2017 à 14:18 Publié le 25/05/2017 à 14:17

Accidents, pannes... on a passé les 721 abandons du Grand Prix de Monaco au crash-test

Piste étroite, quasi-impossibilité de dépasser et barrières de sécurité toutes proches: le Grand Prix de Monaco est certainement le plus compliqué de la saison pour les pilotes. On a analysé tous les abandons du Grand Prix de Monaco depuis 75 ans.

A Monaco, chacun son défi. II est aussi difficile de se faire une place sur les innombrables balcons qui surplombent la piste que de terminer la course. Gagner le grand prix est un exploit. Le finir est déjà pas si mal.

Piste étroite, quasi-impossibilité de dépasser et barrières de sécurité toutes proches: le Grand Prix de Monaco est certainement le plus compliqué de la saison pour les pilotes. Cette année, le risque est encore plus grand avec des monoplaces plus larges."On avait l'habitude de venir embrasser le rail de sécurité. Là, avec nos voitures larges, nos pneus larges, le challenge va être large aussi. Les bises sur le rail risquent d'être fortes, elles pourraient même ressmbler à des coups de poings dans la figure. Ce sera sûrement la course la plus dure de la saison", confiait mercredi Felipe Massa. Le Brésilien a raison. C'est l'une des courses où les abandons sont les plus nombreux. Sur les 71 dernières éditions du GP, nous en avons recensé 721. Une hécatombe. Autopsie de ces échecs...

Les pannes mécaniques en pole

La cause principale de ces 721 abandons à Monaco? Les pannes mécaniques. Dix-neuf virages, une seule partie du circuit rapide... les F1 sont exploitées au maximum pendant la course. Et elles ne tiennent pas forcément la distance... Au total les pannes mécaniques représentent 53% des abandons à Monaco. Les accidents, accrochages et autres sorties de piste ont causé 36% de forfaits. 

Et en pourcentage...

La F1 dans le port !

Doubler est un art délicat sur le Rocher... La moindre erreur se paie cash à Monaco et il n'est pas rare de voir des monoplaces rebondir sur les barrières de sécurité en pleine course. C'est le gage d'un grand prix spectaculaire, mais cela en fait l'un des circuit les plus dangereux au monde. Exemple en 1955: l'Italien Alberto Ascari, alors en 2e position, tire tout droit après la ligne droite du tunnel. Sa monoplace plonge directement dans le port de Monaco avant la chicane. Il s'en sortira indemne. C'est la seule fois où un des bolides en course a fini... à la mer.

Riccardo Patrese, le roi de l'abandon

Dix. Riccardo Patrese n'a jamais été en grande réussite dans les rues de la Principauté. Le pilote italien obtient la première place du championnat pas très envié des abandons avec dix forfaits. Un record. Il devance Jack Brabham (9), John Surtees et Nelson Piquet (9). Un Italien à la première place de classement? Pas une surprise. Nos voisins sont ceux qui ont le plus abandonné à Monaco (130 fois) devant les Anglais (122) et les Français (120).

Et les écuries...


La suite du direct