“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Le Monégasque Charles Leclerc teste une Ferrari sur le circuit du Castellet

PHOTOS. Le pilote monégasque Charles Leclerc fête son arrivée dans l'écurie Ferr...

Le prince Albert-II salue le "talent, l'esprit de perfectionniste et la détermin...

En haut : en octobre 2017, Charles Leclerc fêtait en famille - rue Caroline - son titre de champion de Formule 2. Un an plus tard, après une première saison en F1, il rejoint l'écurie Ferrari. À gauche : Charles, en 2018, lors de son premier Grand Prix F1 à Monaco, sous les couleurs d'Alfa Romeo Sauber. A droite : Alors entouré de Jules Bianchi, l'ami et frère disparu, et Felipe Massa, pilote de la Scuderia entre 2006 et 2013.

Charles Leclerc hisse haut les couleurs de Monaco

Formule1: le Monégasque Charles Leclerc remplacera Kimi Räikkönen chez Ferrari e...

A 47 ans, le pilote monégasque Stéphane Ortelli veut briller pour sa seconde saison avec l'écurie suisse Frey Racing

Mis à jour le 30/05/2017 à 08:35 Publié le 30/05/2017 à 05:16
Elle monte, elle monte, elle monte, la Jaguar du trio Frey-Ortelli-Costa...

Elle monte, elle monte, elle monte, la Jaguar du trio Frey-Ortelli-Costa... Georges Decoster

A 47 ans, le pilote monégasque Stéphane Ortelli veut briller pour sa seconde saison avec l'écurie suisse Frey Racing

Compétiteur insatiable, à 47 ans, le Monégasque vient d'entamer sa deuxième saison à bord de la Jaguar de l'équipe suisse Emil Frey Racing, avec l'ambition de l'installer aux avant-postes

Sans forcer le trait, on peut dire qu'il est l'un des principaux piliers des Blancpain GT Series. Après avoir collectionné les podiums et coiffé deux couronnes (Endurance Cup 2012, Sprint Cup 2013) lorsque son nom rimait avec Audi, Stéphane Ortelli s'implique à fond dans le nouveau défi entamé la saison dernière.

« Je ne regrette pas d'avoir saisi l'opportunité de faire un bout de chemin avec l'écurie suisse Emil Frey Racing, loin de là », confie l'ancien serviteur de la puissante firme aux anneaux devenu le fer de lance du Petit Poucet du paddock. « Si elle ne possède pas les moyens des structures semi-officielles en lice, cette équipe accomplit un boulot remarquable. Quand je les ai rejoints, début 2016, il y...

Pour lire ce contenu :

J'accède gratuitement à cet article en regardant une publicité

ou

je suis déjà abonné, me connecter


La suite du direct