En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation adaptée à vos centres d'intérêts et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir plus sur notre politique de cookies.

samedi 25 octobre 2014

14°C

S'inscrire?

Publié le
Réagir Imprimer Envoyer Partager Partager sur facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+ Partager sur Linkedin
share-logo
Monaco va savoir - 16799700.jpg
La porte menant à la L1 pourrait s'entrouvrir un peu plus en cas de succès en Auvergne.Eric Dulière
Partager

S’ils se gardent pour l’instant de déclarer viser la montée, les Monégasques pourraient changer de discours s’ils venaient à remporter une 6e victoire consécutive ce soir à Clermont.

Si on gagne, on est mathématiquement sauvés.» Non sans dissimuler un sourire, Marco Simone préfère d'abord s'en tenir aux faits qu'à la fabuleuse dynamique de son équipe. Sans doute pour écarter la pression, vers son adversaire si possible.

Surtout pour que personne n'oublie que la réalité du maintien aura été le fil rouge des trois quarts de la saison du club princier. Passer de la lanterne rouge au soir de la trêve, avec treize points, à la huitième position quinze journées plus tard avec quarante-six points, ce n'est tout de même pas rien et le crédit revient d'ailleurs en bonne partie à l'Italien.

Monaco ne calcule pas

Alors, le costume de postulant n'est pas encore taillé pour l'AS Monaco, huitième à cinq points du troisième, Troyes, qu'elle accueillera dans deux semaines. Mais il le deviendra par la force des choses si elle remporte ce soir à Clermont, quatrième, une sixième victoire consécutive. Ce que Simone ne cache pas.

«Une victoire peut nous donner encore la possibilité d'accéder en Ligue 1. Ça passe par un match solide, qui sera difficile contre une équipe qui joue la montée et qui se trouve dans cette position depuis longtemps. Il ne faut pas penser que notre dynamique va nous rendre le match facile. »

Puisqu'on ne change pas une équipe qui gagne, le staff devrait faire confiance au onze aligné depuis des semaines. Avec ces deux ou trois incertitudes devenues chroniques : Dingome plutôt que Dirar à gauche ? Salli plutôt que Germain en soutien de Touré ? Et Pinteaux préféré à Appiah pour épauler Kagelmacher dans l'axe ? Peu importe au fond, puisque chacun a prouvé le moment venu qu'il savait se fondre dans le collectif.

Ce soir ou jamais

Monaco ne change rien, donc. « On ne va pas ralentir,prévient Simone. Au contraire, on veut accélérer sur les cinq derniers matches. En gardant la même façon de travailler, le même esprit que le groupe a depuis des mois, sans forcément faire de calculs. On sait que pour avoir une chance de toute façon, il faut gagner les cinq matches.»

Simone ne parle pas de la montée dans ses causeries parce qu'il sait que ses joueurs y pensent suffisamment. Mais il leur parle sûrement de cette fraîcheur qui les a sortis de l'ornière et les pousse actuellement vers quelque chose d'extraordinaire. Tout pourrait s'arrêter ce soir et il n'y aurait pas vraiment de quoi être déçu. Mais, entre nous, ce serait quand même sympa que ça continue.

Le délai de 15 jours au-delà duquel il n'est plus possible de contribuer à l'article est désormais atteint.
Vous pouvez poursuivre votre discussion dans les forums de discussion du site. Si aucun débat ne correspond à votre discussion, vous pouvez solliciter le modérateur pour la création d'un nouveau forum : moderateur@nicematin.com

Les dernières vidéos

Une voiture explose à Monaco, quatre voitures détruites
Austin Mini : une passion qui réunit tous les âges
Affaire Julia à Nice : les parents s'expriment pour la première fois
L'auto-test du lecteur: la Peugeot 108
A suivre
Le vote