En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation adaptée à vos centres d'intérêts et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir plus sur notre politique de cookies.

jeudi 24 juillet 2014

23°C

S'inscrire?

Football - Ligue 2

Publié le
Réagir Imprimer Envoyer Partager Partager sur facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+ Partager sur Linkedin
share-logo
Gary Coulibaly et l’ASMà la relance.(Photo E. Dulière)
Partager

Le milieu monégasque retrouve son ancien club (2008-2011), 8e avec 48 points, avec la ferme intention de se relancer après la défaite concédée à Clermont vendredi soir

Battue à Clermont vendredi soir, l’AS Monaco a certainement dit adieu à son rêve fou d’accéder à la Ligue 1 après une première partie de saison catastrophique. Mais à l’image de son milieu de terrain Gary Coulibaly, Monaco sait trop bien d’où il vient pour s’apitoyer sur son sort. Face une équipe istréenne qui peut encore prétendre à la montée, les Monégasques chercheront à entamer une nouvelle série, histoire de finir cette saison pas comme les autres de la plus belle des manières.

Gary, affronter Istres, c’est toujours particulier...
Oui, bien sûr. Pour moi, ce club est une deuxième famille. Jouer contre des amis, ça fait toujours bizarre.

La défaite à Clermont vendredi soir a probablement mis fin à vos rêves de montée. Comment avez-vous vécu ce coup d’arrêt ?
Attention, on n’avait jamais crié haut et fort qu’on jouait la montée. Cette défaite nous a fait mal, surtout compte tenu du scenario. On perd sur une erreur de concentration. Mais ce revers n’enlève rien à notre belle série lors des matchs retours (10 rencontres sans défaite, ndlr). On relativise car on n’oublie pas d’où on vient. Il y avait une petite chance (de montée), là, ça va être très dur. Mais, je me répète, il ne faut pas oublier tout ce qu’on a fait pour redresser la barre.

Justement, qu’est-ce qui vous a permis de réaliser ce spectaculaire redressement (l’AS Monaco était 19e à l’issue des matchs allers, ndlr) ?
Dans les moments difficiles, le staff a toujours été derrière nous. Il faut lui tirer un coup de chapeau. Et puis, on a montré un état d’esprit conquérant. On a enfilé le bleu de chauffe. La Ligue 2, ce n’est pas du foot de salon.

Comment abordez-vous ces quatre derniers matchs ?
Le staff nous a fait confiance, on veut lui rendre la pareille. ça n’a vraiment pas été évident en début de saison. On souhaite que les gens restent sur une bonne image et oublient cette première partie de saison.

Si la montée va probablement vous échapper, elle sera évidemment votre objectif l’an prochain...
Le plus important sera de garder cet état d’esprit qui nous a permis d’obtenir de bons résultats.

Sur un plan personnel, votre avenir est sur le Rocher...
Je me régale ici. On me fait confiance. L’an prochain, j’espère poursuivre ma progression et continuer de m’affirmer au sein de cette équipe.


Savoir +
Mardi, à 20 heures au Louis II et en multiplex sur Cfoot
Monaco : Subasic – Marester, Appiah (ou Pinteaux), Kagelmacher, Tzavellas – Giuly (cap), Coulibaly, Koman, Dingome (ou Dirar) – Touré, Salli (ou Germain). Remplaçants : Carrasso (g.), Pinteaux (ou Appiah), Mendy, Dirar (ou Dingome), Germain (ou Salli). Entraîneur : Marco Simone.
Istres : Petric – Sainati, Barrillon, Dielna, Palmieri – Tarasconi, Ba, Fettouhi – Nouri, Akrour (cap), Yahia-Chrif. Remplaçants : Menetrier (g.), Flegeau, Melliti, De Preville, Bouzazi. Entraîneur : José Pasqualetti.

Le délai de 15 jours au-delà duquel il n'est plus possible de contribuer à l'article est désormais atteint.
Vous pouvez poursuivre votre discussion dans les forums de discussion du site. Si aucun débat ne correspond à votre discussion, vous pouvez solliciter le modérateur pour la création d'un nouveau forum : moderateur@nicematin.com

Les dernières vidéos

L'auto-test du lecteur: la Peugeot 108
Une école de la mer Jean Pierre Dick à Saint-Jean-Cap-Ferrat
Incendie à bord d'un bateau de la SNCM dans le port de Nice
France-Honduras : à Nice avec les supporters des Bleus
A suivre
Le vote