En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation adaptée à vos centres d'intérêts et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir plus sur notre politique de cookies.

samedi 22 novembre 2014

11°C

S'inscrire?

Publié le  - 16
Réagir Imprimer Envoyer Partager Partager sur facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+ Partager sur Linkedin
share-logo
Les désillusions du discours de Toulon - 15176886.jpg
Nicolas Sarkozy au Zénith de Toulon le 25 septembre 2008.
Partager

Revivez les moments forts de ce discours sur notre site.

Public Senat - Direct par publicsenat

Le président de la République a voulu faire ce soir "un discours de vérité". Il a annoncé que la France s'engageait dans un cycle de désendettement. Et qu'elle devrait avant ou après la Présidentielle adopter la règle d'or. Le président est revenu sur la réforme des retraites, nécessaire selon lui car "permettre la retraite à 60 ans sans financement était une décision socialement injuste".

Tout comme sur les 35 heures "des fautes graves (avec la retraite à 60 ans, ndlr) dont nous payons aujourd’hui lourdement les conséquences et qu’il nous a fallu réparer", selon lui.

Nicolas Sarkozy a également promis un sommet sur l'emploi en janvier avec tous les partenaires sociaux.

Refonder l'Europe

La déclaration majeure de Nicolas Sarkozy est sa volonté avec l'Allemagne de vouloir refonder l'Europe à travers notamment un nouveau traité.

Une rencontre sera d'ailleurs organisée lundi à Paris avec la chancelière allemande, Angela Merkel. Des propositions communes devraient alors être faites.

 


19h27. La Marseille retentit dans le Zénith après un discours de 52 minutes. Nicolas Sarkozy se tient debout seul sur la scène avant d'aller saluer les élus et ministres présents puis de remonter à travers les allées de la salle.

19h26. Nicolas Sarkozy annonce que la France et l'Allemagne militent pour un nouveau Traité de l'Europe.

19h22. "Il ne peut y avoir de monnaie unique sans que les économies convergent. Si les écarts de niveau de vie, de productivité, de compétitivité se creusent entre les pays, l’Euro se révèlera tôt ou tard trop fort pour les uns, trop faible pour les autres ; et la zone euro éclatera. La convergence, ce doit être le maître mot de la zone euro. Ce processus sera nécessairement long et difficile".

19h17.  "La crise est un défi majeur pour l’Europe. Le plus grand défi sans doute qu’elle ait eu à relever depuis qu’elle existe. Ne nous le cachons pas, l’Europe peut être balayée par la crise si elle ne se ressaisit pas, si elle ne change pas", affirme Nicolas Sarkozy "toujours soucieux de dire la vérité aux Français."

19h16. Le chef de l'Etat souhaite que les décisions au sein de l'Union se prennent désormais à la majorité qualifié. Il veut également repenser Shengen. Et parle de souveraineté partagée plutôt que de fédéralisme.

19h14. Nicolas Sarkozy veut une refondation de l'Europe. "L'Europe n'est plus un choix, c'est une nécessité, elle doit être refondée, repensée. Pour ça, elle a besoin de plus de solidarité, mais aussi plus de discipline, plus de politique, plus de démocratie".

19h09. Nicolas Sarkozy annonce une rencontre lundi à Paris avec la chancelière allemande Angela Merkel pour des propositions franco-allemandes.

19h07. La souverainté ne s'exerce qu'avec les autres. L'Europe, ce n'est pas moins de souverainté mais davantage juge le chef de l'Etat. Après le cours de finance internationale, place à celui de l'histoire de l'Europe. Le président se veut très pédagogue.

19h06. "La réforme du financement de notre modèle social est indispensable"

19h02. Le président annonce un sommet sur l'emploi en janvier prochain avec tous les partenaires sociaux et promet de lever les tabous et les freins sur la compétitivité française.

18h58. Au détour d'une déclaration, Nicolas Sarkozy en profite pour tacler les socialistes en affirmant que "ce n'est pas en passant à la VIe République qui serait en réalité un retour à la IVe République que la France maitrisera mieux son destin".

18h56. "Nous devons diminuer les dépenses, diminuer les fonctionnaires, avec détermination et sang-froid mais raisonnablement [...] Nous devons continuer d'encourager le travail et les heures supplémentaires et continuer d'investir car la clé de l'avenir est dans la productivité et la compétitivité"

18h49. "La réforme des retraites était une réforme socialement juste" affirme Nicolas Sarkozy.

18h47. Le chef de l'Etat annonce "un grand cycle de désendettement".

18h44. Pour l'instant, Nicolas Sarkozy établit le diagnostic de la crise à travers un cours sur la mondialisation financière.

18h42. "Pour les traders, les paradis fiscaux, rien se sera plus jamais comme avant..." [...] "La révolution a commencé", ose le chef de l'Etat avant de dire que la crise n'était pas finie et que la "peur était revenue". Celle qui détruit la confiance et paralyse.

18h39. Depuis le début de sa prise de parole, Nicolas Sarkozy s'attache "à dire la vérité" aux Français. Et compare la France aux autres pays européens (Espagne, Italie, Portugal, Grèce...) qui n'ont pas su faire ce qu'il fallait pour faire face à la crise.

18h35. Nicolas Sarkozy est arrivé dans la salle sous les applaudissements des 5000 personnes présentes. Le président commence son discours.

18h33. Le cortège du chef de l'Etat arrive au Zéntih vient de constater un de nos journalistes sur place. Le protocole a pris un peu de retard.

18h22. 5000 personnes ont pris place dans les travées du Zenith Omega de Toulon. Nicolas Sarkozy veut faire taire les polémiques sur un candidat déjà en campagne dans un discours très "présidentiel" centré sur la crise.

18h14. Selon nos informations, cinq ministres seront aux côtés de Nicolas Sarkozy à Toulon ce soir pour le discours du chef de l'Etat sur la crise et l'Europe. Quatre d'entre eux ont fait le déplacement avec le président de la République. Il s'agit de Xavier Bertrand (travail), Bruno Le Maire (agriculture), François Baroin (économie) et Valérie Pécresse (budget). Le député-maire d'Antibes, Jean Leonetti, ministre des Affaires Européennes, serait également présent.

18h10. Le chef de l'Etat a atteri à l'aéroport de Hyères. Aucun retard dans le dispositif.

Le délai de 15 jours au-delà duquel il n'est plus possible de contribuer à l'article est désormais atteint.
Vous pouvez poursuivre votre discussion dans les forums de discussion du site. Si aucun débat ne correspond à votre discussion, vous pouvez solliciter le modérateur pour la création d'un nouveau forum : moderateur@nicematin.com

Vos derniers commentaires
03/12/2011 à 09h08 | 1

petit UBU dans ses élucubrations hystériques ! moi, moi, moi, moi,moi et moi ! je,je,je,je,je,je,je,je,je,je,je,je,je !

03/12/2011 à 07h38 | 1

vite 2012 vive le ps pour rattraper le temps perdu par se gouvernement actuelle /ringard/raciste/et appauvrissant la france en continu faisant tout pour que les gents ne trouvent un travail ump demission de suite et place au super ps ;;

02/12/2011 à 09h44

Le Président Sarkosy est formidable. Il parle des erreurs qui ont été commises, il dénonce ce qui n'a pas été fait et qui aurait dû l'être. Si quelqu'un pouvait lui rappeler qu'il est président depuis 5 ans et aux manettes depuis 10 ans, mais c'est vrai que les politiques dans notre pays, ont une faculté à l'oubli qui est abracadabrantesque.

02/12/2011 à 09h32 | 1

Un discours bidon pour faire plaisir aux membres de l'UMP ! Parler pour ne rien dire...voulà le tour de force de Sarkozy. Entre les discours creux pour reprocher tou" "à ceux d'avant", et nous bourrer le crâne de ses "ambitions" futures : rien a faire. Si le président veut faire comme l'Allemagne qu'il commence à prendre exemple sur sa façon faire payer l'impôt : à la basE, et qu'il arrête de parler d'immaigration, elle coûte des milliards chaque année, et grâce à lui .le problème s'est amplifié.

02/12/2011 à 09h07 | 2

Qui a dit ? la France et les Français ne sont pas assez endettés.....et a augmenté considérablement la dette publique. Qui a "défiscalisé" (85milliards"), les 200 000 plus grosses fortunes de France ?. Qui au bon vouloir de Mme Parisot, a aidé "implicitement" les entreprises du CAC40 à délocaliser en Europe de l'est et ailleurs. Chiche ! ....faisons comme en Allemagne, pour eux le cumul des mandats politiques est une "curiosité française".....de même que la procédure « spécifique » pour traduire en justice un député, sénateur ou...président. (immunité confondu avec impunité) Chez eux un homme politique mis en examen, condamné ou bénéficiant d'un non lieu dans une affaire judiciaire (de fonds publics), ou impliqué dans une affaire privée à la moralité douteuse « démissionne systématiquement » et disparait de la vie politique et publique. Bye bye les Jupé, Pasqua, Longuet, Ceccaldi-Raynaud , Tiberi, Marchiani, de Villepin, Balkany, Méhaignerie, Santini etc…liste non-exhaustive.

02/12/2011 à 08h54

Oui faliconais, rêvons rêvons, et dans 1 an, en décembre 2012, qu'es ce qu'on va rire.

02/12/2011 à 08h41 | 1

Courage ,le mois de mai arrive et Mr Hollande avec et là ,finie la crise, plus rien, plus de chomage,etc ,ets... C'est lui qui le dit. Le réve en somme,c'est lui qui le dit aussi......

02/12/2011 à 07h50 | 1

Europe = 27 pays. Zone euro = 17 pays. Pourquoi ne parle-t-on que de N Sarkozy et de Mm Merkel ???qui font une politique qui ne fonctionne pas et ne résout rien,jusqu'a maintenant. ah bon ... élections en France en 2012 et en Allemagne en 2013....ok...ok

02/12/2011 à 06h08

ps vite vite

01/12/2011 à 23h27 | 2

Si il avait dit que l'on était pas en crise, mais en maladie incurable, s'eut été un vrai discours plein de vérité, et de courage. mais on nous ressert ce qu'on nous a servi pendant 5 ans et plus sans varier..... on nous ressert des trucs qui ne vont pas marcher, puisqu'ils n'ont pas marché.. Sans oublier en passant la faute de la gauche dans cette Maladie capitaliste. Elle, qui n'est plus au pouvoir depuis 10 ans...

01/12/2011 à 19h44

refonder l europe avec un ,,,,,,et je suis poli

01/12/2011 à 19h33

en plus des cars de holigans de l ump est venu a toulon / toulon ville de la honte et raciste

01/12/2011 à 19h31 | 2

le guignol c est fait applaudir par ses guignolos

01/12/2011 à 18h36 | 2

il va nous dire une vérité: Au bout de tant d'années, il va nous dire que ce n'est pas une crise qu'on traverse, mais que c'est une maladie Incurable... sinon on serait guéri depuis longtemps, avec les bons docteurs qu'on a.... non??

01/12/2011 à 18h30

ho la grosse bebete chow

Les dernières vidéos

Une voiture explose à Monaco, quatre voitures détruites
Austin Mini : une passion qui réunit tous les âges
Affaire Julia à Nice : les parents s'expriment pour la première fois
L'auto-test du lecteur: la Peugeot 108
Le vote
Allez-vous goûter le Beaujolais Nouveau?
Allez-vous goûter le Beaujolais Nouveau?
  • Oui
    38%
  • Non
    62%