En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation adaptée à vos centres d'intérêts et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir plus sur notre politique de cookies.

jeudi 23 octobre 2014

21°C

S'inscrire?

Publié le
Réagir Imprimer Envoyer Partager Partager sur facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+ Partager sur Linkedin
share-logo
Diego Vebobe et les Monégasques affrontent Feurs avec l’envie de gagner une troisième fois en trois matchs.Photo O.O.
Partager

Ce soir, Monaco a la possibilité de décrocher un troisième succès de rang après ceux acquis contre La Roche et à Nord-Ardèche, samedi dernier. Il faudra pour cela venir à bout de Feurs, un habitué du podium de la poule. Une tâche à la portée des joueurs de Jean-Michel Sénégal pour peu qu’ils poursuivent sur leur dynamique actuelle. Diego Vebobe, le fidèle serviteur du basket monégasque, cinq saisons au club, est persuadé que l’équipe est taillée pour la N1. « En plus de son incroyable talent de perforateur, Diego est un joueur intelligent et à l’écoute, dit son coach. Il est leader par l’exemple. Il a un état d’esprit irréprochable». Diego, c’est le chouchou de la salle. Normal puisque son attachement aux couleurs « rouge et blanche » s’accompagne d’un mental de battant. Il évoque.


Ce début de championnat est-il conforme à vos attentes ?
C’est difficile de dresser un bilan après deux journées. Notre premier match à domicile face à La Roche a été moyen. En revanche, notre victoire à Nord-Ardèche est probante. Je pense qu’on peut la considérer comme un match repère. On a maîtrisé les trois-quarts du match. J’ai bien aimé notre collectif solide et fluide et notre grosse implication.


La passe de trois ce soir face à Feurs?
J’espère. Il ne faut pas nous endormir sur nos lauriers mais au contraire essayer d’instaurer la culture de la gagne. Il faudra jouer un match intelligent face à un adversaire qui a un bon sens tactique et s’appuie sur une technique individuelle et collective sans faille. Mais nous avons des arguments à faire valoir, notamment notre grande maîtrise collective associée à une solidarité défensive.


Ce groupe est-il taillé pour la N1 ?
Très sincèrement oui. Il a été profondément remanié mais il a gardé son identité. Le coach a voulu  bâtir une équipe selon des critères de mobilité, de vitesse, d’agressivité défensive et offensive. Les nouveaux joueurs sont tous des couteaux suisses. Ils peuvent tourner sur plusieurs postes et entrer dans tous les systèmes. Ces polyvalences sont un gros plus, surtout pour les rotations.


Avez-vous conscience que vous avez un public à conquérir ?

La saison dernière, pour les deux dernières rencontres de Coupe de France, la salle était pleine avec la présence notamment des Ultras. C’était vachement sympa. Le football se jouant en Ligue 2 le vendredi ou le lundi, il nous appartient de tout faire pour les inciter à venir nous encourager. C’est sur le parquet, par les résultats et la qualité du jeu que l’on attirera et fidélisera un public.   
A titre personnel, vous vous êtes assagi : aucune faute technique la saison dernière !
Assagi et aguerri. J’ai trouvé un truc que je ne vous dévoilerai pas (rires).  Plus sérieusement, je me concentre davantage sur mon basket et lorsqu’il y a incompréhension, j’entame le dialogue avec les arbitres. Mais que les supporters se rassurent. Je suis toujours aussi chaud bouillant. Ce que je veux c’est  de me donner à 110 % et donner  le meilleur de moi-même.
   

Le délai de 15 jours au-delà duquel il n'est plus possible de contribuer à l'article est désormais atteint.
Vous pouvez poursuivre votre discussion dans les forums de discussion du site. Si aucun débat ne correspond à votre discussion, vous pouvez solliciter le modérateur pour la création d'un nouveau forum : moderateur@nicematin.com