Un cocktail a été donné pour fêter la première participation d'un bateau monégasque à la transat Jaques Vabre. Photo Pierre Bouras

Un bateau monégasque sur la transat Jacques Vabre : une première

A quelques heures du départ du Havre de la transat Jacques Vabre, tous les regards sont tournés vers le large pour les 76 marins qui prennent demain, à 13 h 35 précises, le départ de la course transatlantique de 4 350 milles nautiques (soit plus de 8 000 kilomètres) à destination de Salvator de Bahia.

Parmi les 16 Class40, 6 Multi 50, 3 Ultime et 13 IMOCA 60’, Malizia II – Yacht Club de Monaco (YCM). C’est la première fois qu’un bateau monégasque s’élance dans cette grande classique de la course au large.

Une initiative de Pierre Casiraghi, vice-président du Club, qui, exceptionnellement, ne sera pas présent à bord, son agenda étant trop chargé. Car il faut comprendre que qu’un marin ne prend pas la barre pour la transat comme cela. La course nécessite une préparation en amont en plus des quinze jours de traverser. Difficile de conjuguer cela avec d’autres activités…

Ce sont donc Boris Herrmann et Thomas Ruyant qui prendront le large. Tous deux possèdent toutes les cartes en mains pour signer un podium à l’issue de cette 13e édition.

Les deux skippers mesurent la chance de pouvoir prendre le départ à bord de l'IMOCA 60 pieds. « Sans Pierre, Casiraghi nous n’aurions pas pu réaliser tout ceci", note Thomas Ruyant.

Malizia II – Yacht Club de Monaco, ancien Gitana de Sébastien Josse, est un véritable bolide des mers, nouvelle génération, équipé de foils. Autant dire que le bateau monégasque s’aligne sur cette transat mythique avec un bateau qui n’a rien à envier à la concurrence.