Aux yeux de l'Europe, Monaco n'est pas un paradis fiscal. Michael Alesi

Transparence fiscale : Monaco blanc comme neige

La Principauté ne figure plus sur aucune liste noire ou grise des pays pas ou peu coopératifs sur le plan fiscal. L'Union européenne vient de le confirmer. Et le gouvernement s'en réjouit

Voilà une bonne nouvelle pour l'image de Monaco. Une annonce qui dame le pion à la réputation d'une Principauté taxée par certains de paradis fiscal. Mardi 5 décembre, les ministres européens des Finances ont validé la liste noire des pays non coopératifs sur le plan fiscal et la liste grise de ceux ayant pris des engagements pour changer leurs pratiques ou leur législation en matière de transparence fiscale (lire ci-contre).

Cherchez bien, Monaco n'y figure pas. Le Conseil des ministres de l'UE considère ainsi que la Principauté respecte les trois critères retenus fin 2016 pour désigner les bons...

Pour lire ce contenu :

je suis déjà abonné, me connecter