Seul, à quelques mètres du sommet, son crampon cède

Jean-Marc Nowak est parti sur la chaîne himalayenne du Népal pour franchir « une des plus belles montagnes du monde ». Il a été stoppé net par un problème de matériel

Jean-Marc Nowak vient de rentrer de Katmandou. Parti fin octobre pour gravir, en solo, l'Ama Dablam qui culmine à 6 856 mètres, il a été stoppé net par un crampon qui s'est brutalement rompu. Il n'était qu'à 250 mètres du sommet… « De mémoires d'alpiniste, ça n'est jamais arrivé. Mais il y a des choses plus graves non ? Il faut rester humble face à la montagne », explique-t-il.

C'était un nouveau défi comme seul Jean-Marc Nowak les raconte. Avec ses mots à lui. Toujours précis, simple, discret.

Soutenu par le prince Albert II et la mairie de Monaco - dont il est retraité (il a 61 ans !), il est de nouveau parti au pays des sherpas.

Un décor qu'il connaît parfaitement depuis les nombreuses années au cours desquelles il a arpenté les sommets les plus mythiques de la plus...

Pour lire ce contenu :

je suis déjà abonné, me connecter