Peu habitué à communiquer, Lionel Abada, directeur général de la Satri, a tenu à affirmer que l'entreprise assumerait ses responsabilités. Et seulement les siennes. Jean-François Ottonello

Scandale sanitaire des Jardins d’Apolline à Monaco: pour le constructeur, le chantier a respecté "le cahier des charges spécifiques"

Des résidents à reloger, des immeubles à réhabiliter: le dossier des Jardins d'Apolline constitue un scandale sanitaire sans précédent en Principauté pour cet ensemble domanial rongé par l'insalubrité. Resté dans l'ombre depuis le début de l'affaire des Jardins d'Apolline, Lionel Abada, directeur général de la société de construction Satri du groupe Marzocco, fait le point, en exclusivité pour Monaco-Matin.

Le bâtiment est un milieu de taiseux. On s'exprime peu. Ce qui est un peu fâcheux sur un dossier comme les Jardins d'Apolline, cette résidence domaniale livrée en 2013 et déjà sévèrement sinistrée. Récemment dans nos colonnes, Albert Croesi, en charge de ce dossier pour le compte de l'état, disait s'attendre à tout, tant cette résidence est...

Pour lire ce contenu :

je suis déjà abonné, me connecter