Sandrine Flury, auteur de la photographie « Monaco Tremble ». S.C.

Sandrine Flury : l'artiste qui aimait les défauts

À l'occasion du Forum des Artistes, qui se poursuit jusqu'au 17 juin à l'auditorium Rainier-III, l'artiste fascinée par les objets, la superposition comme la déformation, livre sa vision des choses

C'est un chaleureux atelier, boulevard de Suisse, au Schuylkill. « J'habite dans la résidence et j'y travaille ». Pratique. Même si dans son petit atelier Sandrine Flury se sent parfois à l'étroit, « je suis obligée de faire mes grandes installations ailleurs, ici il n'y a pas la place ». Celle qui se décrit comme «artiste polyvalente», rêve d'un lieu de plain-pied avec de grands espaces vides. « Mais en tant que maman, c'est plus commode ici, je n'ai pas loin jusqu'à chez moi ». « Je n'ai pas toujours été là. Avant je travaillais à Nice ; puis à Cap-d'Ail. Et j'ai eu l'opportunité de m'installer au Schuylkill. Je n'allais pas refuser ».

Plasticienne résidente monégasque, elle fait partie des sculpteurs et peintres qui exposent à l'Auditorium Rainier-III jusqu'au 17 juin, dans le cadre du 4e Forum des...

Pour lire ce contenu :

je suis déjà abonné, me connecter