Pour grand enfant... ou nostalgique

Dans la première salle du Palais de l'Europe, face à l'estrade, les yeux sont comme ensorcelés par une armée de Barbie.

Dans la première salle du Palais de l'Europe, face à l'estrade, les yeux sont comme ensorcelés par une armée de Barbie. La plus âgée d'entre elle était née en 1966, mais Laurent, Roquebrunois, admet l'avoir déjà vendue. C'est que les connaisseurs savent repérer une poupée...

Pour lire ce contenu :

je suis déjà abonné, me connecter