Concentration maximale pour les élèves lors de l'épreuve de monégasque. Photo Cyril Dodergny

Plus de 1.200 élèves de la Principauté ont planché en langue monégasque

Les élèves des collèges et lycées de Monaco se sont retrouvés, mardi, pour une épreuve un peu spéciale. Ils ont planché, en monégasque, au Lycée technique et hôtelier.

"Au top, vous pourrez retourner les copies." Dans l'amphithéâtre, les collégiens et lycéens des établissements publics et privés de la Principauté s'apprêtent à découvrir leur sujet d'examen.

Pas d'exercices de mathématiques ni de cartes de géographie, c'est sur une épreuve de langue et d'Histoire monégasque qu'ils vont devoir composer. Ce concours, qui existe depuis 1981, est organisé par la mairie, le Comité national des traditions monégasques et la Direction de l'Éducation Nationale de la Jeunesse et des Sports.

"Le Monégasque, c'est un peu la langue du plaisir"

Au total, 1.231 élèves ont participé à ce concours. Si la matière est obligatoire du CE2 à la cinquième, certains élèves ont choisi le Monégasque comme option. "Les élèves sont en demande de connaissances. C'est important pour eux de savoir d'où ils viennent. Et puis le Monégasque, c'est un peu la langue du plaisir", argumente Karyn Salopek-Ardisson, coordinatrice pour la langue monégasque.

Finir parmi les meilleurs

Après l'examen écrit, les 80 meilleurs élèves seront sélectionnés pour participer aux épreuves orales. À la clef, une grande satisfaction; mais surtout le droit de participer à la remise des prix le 18 juin, en présence des hautes autorités et des personnalités du Rocher. Une jolie récompense pour féliciter le travail de ses jeunes.

Faire perdurer les traditions

En Principauté, la langue officielle est le français. Néanmoins, pour les professeurs, le Monégasque permet d'apprendre bien plus qu'un simple dialecte régional: "Enseigner le Monégasque permet aux élèves d'en apprendre plus sur l'endroit où ils vivent, de comprendre les valeurs et les traditions. C'est une matière de découverte".

Cette année, 13 élèves de Terminale ont choisi de présenter l'option monégasque au Baccalauréat. Si ce choix leur rapporte quelques points supplémentaires (toutes les notes au-dessus de 10 sont multipliées par deux au BAC), il exprime aussi un attachement particulier avec leur pays. Et qui sait, peut-être que ces élèves feront apprendre le Monégasque dans quelques années…