Une montgolfière écolo a effectué un vol d'essai sur la place du palais à Monaco, dès les premières heures de l'aube. Photo Jean-François Ottonello

PHOTOS. Une montgolfière un peu spéciale sur la place du Palais de Monaco

Ce lundi, la place du Palais a vu s’élever un gigantesque ballon sous les regards amusés des passants matinaux. Un vol d’essai concluant pour un modèle rarissime, aux performances incroyables.

C’est un projet sur lequel nous travaillons depuis plus de deux ans", explique Dominique Bay, chargée de la distribution des champagnes Jeeper sur le pourtour méditerranéen. Alain Crutéanschi, président des Aéronautes de Monaco et pilote de l’engin, est venu nous voir pour réaliser une montgolfière écologique.

Un engin qui porte les couleurs de la marque champenoise: "Les champagnes Jeeper travaillent beaucoup sur la réduction de leur empreinte écologique, ils font tout en agriculture modérée. Quand on a présenté le projet au propriétaire de Jeeper, il a été très emballé. ça lui a vraiment parlé. Entre le design final et le choix des matériaux, il nous a fallu huit mois pour fabriquer le ballon."

Ballon à double paroi

Une montgolfière comme les autres à première vue. À première vue seulement. "On est parti d’un postulat très simple: le double vitrage de votre maison, ça vous permet de conserver la chaleur à l’intérieur. Nous, on a construit une montgolfière à double paroi, avec des amis suisses et catalans. Il y a donc 6 centimètres d’air entre l’enveloppe intérieure et l’enveloppe extérieure, ce qui nous permet de conserver la chaleur à l’intérieur. On est parmi les premiers au monde à utiliser cette technologie."

Côté propulsion aussi, il y a du nouveau. Au-dessus de la nacelle tout en matériaux composites, un engin ultra-design en inox flambant neuf balance des flammes venues tout droit des profondeurs des enfers: "Nous utilisons la Ferrari des brûleurs, conçue par Paolo Bonanno, un ami italien. Nous utilisons du propane, l’énergie fossile la plus propre. Grâce au brûleur de Paolo, il n’y a aucun résidu."

Mission accomplie

Suisse, Catalogne, Italie, Alain Crutéanschi insiste: "Comme vous voyez, c’est vraiment une coopération européenne. Grâce à cette coopération, on a réussi à réduire la consommation par trois."

Ce lundi, l’opération sur la place du Palais a permis de s’assurer que l’engin pouvait être gonflé là, dans cet endroit hautement symbolique. Prochaine étape? "À partir d’avril, quand la météo le permettra, on fera un vol de cinq heures qui nous emmènera peut-être aux environs de Milan, Venise, Lyon, Saint-Etienne. C’est le vent qui va nous pousser jusque là-bas, donc on ne peut pas encore savoir où l’on s’arrêtera, cela dépendra de lui."