La sous-préfète Nice-Montagne, Gwenaëlle Chapuis, reproche aux maires signataires de l'arrêté anti-poids lourds d'avoir mené des contrôles de police en dehors de leurs agglomérations respectives. archive Nice-Matin

Nous jugeons l'action des maires disproportionnée

À la suite des premiers contrôles de police menés à l'encontre des poids lourds de plus de 19 tonnes traversant la vallée de la Roya, la sous-préfète Nice-Montagne a tenu à apporter ses précisions

C'était le grand jour, mercredi, pour les cinq maires de la vallée de la Roya, signataires d'un arrêté municipal interdisant la traversée de leur commune par les poids lourds de plus de 19 tonnes. Avec la farouche volonté d'obliger les transporteurs à prendre le chemin de l'autoroute plutôt que les routes sinueuses de la vallée, ils ont procédé aux premiers contrôles de police, débouchant sur une dizaine de verbalisations.

« Nous considérons toujours l'arrêté comme illégal ; c'est pourquoi, nous l'avons déféré devant le tribunal administratif. Concernant les actions sporadiques des maires, elles nous semblent disproportionnées et non-recevables », a fustigé, hier, la sous-préfète Nice-Montagne, Gwenaëlle...

Pour lire ce contenu :

je suis déjà abonné, me connecter