Mieux connaître les fonds marins est crucial

L'Organisation hydrographique internationale tient sa première assemblée en Principauté, en présence des représentants de 85 états membres. Leur but : mieux cartographier pour protéger

On connaît mieux la surface de la Lune ou de Mars que nos fonds marins. » Cette phrase pourrait être un dicton tant elle a été utilisée à de multiples reprises. Mais elle n'en demeure par moins le reflet d'une réalité qu'ont dénoncée plusieurs intervenants, dont le prince Albert II, à l'ouverture de la première assemblée de l'OHI, hier à l'auditorium Rainier-III. Un événement qui remplace les traditionnelles conférences hydrographiques.

« Un bateau qui ne connaît pas la profondeur de l'eau dans laquelle il navigue peut rencontrer...

Pour lire ce contenu :

je suis déjà abonné, me connecter