Albert Croesi ne veut pas que la panique s'empare de la résidence les Jardins d'Apolline. Photo: Michael Alesi

Malgré le scandale sanitaire des Jardins d'Apolline à Monaco, Albert Croesi veut faire taire les rumeurs

Des résidents à reloger, des immeubles à réhabiliter: le dossier des Jardins d'Apolline constitue un scandale sanitaire sans précédent en Principauté pour cet ensemble domanial rongé par l'insalubrité.

Alors que les déménagements sont en cours, des rumeurs circulent sur les travaux à venir dans la résidence domaniale sinistrée. Albert Croesi, en charge de l'épineux dossier des Jardins d'Apolline est connu pour ne pas avoir sa langue dans sa poche.

 «Il y a un vent de folie qui souffle, qui est basé sur des informations infondées. Ces gens croient tout savoir avant même que les décideurs ne se soient exprimés. Il faut arrêter de dire n’importe quoi, ce n’est pas la fête au village!»

Pas, ou peu de retard Mais quelles sont donc ces méchantes rumeurs? «Il se dit que les travaux seraient en retard, que ce qui a été promis serait revu à la baisse. C’est totalement faux» martèle Albert Croesi.

Passablement contrarié par ce qui se dit, il veut tempérer les esprits agités par le sinistre exceptionnel qui frappe la résidence: «Le gouvernement est déterminé à tout faire et à tout très bien faire. À titre personnel, je garde bon espoir que le démarrage des travaux se fasse en temps et en heure, et s’il devait y avoir un retard, il n’excédera pas une ou deux semaines.»