Jean-Philippe Sprile entouré de son petit-fils, de son gendre et son frère jumeau. « On n'a pas été ridicules, loin de là ! », réagit-il après la défaite. DR

Les Croates de Monaco, fiers et sans gueule de bois

Malgré la défaite 4 à 2, les Croates de la Principauté ne sont pas dépités pour autant. Un sentiment de fierté ressort de leurs analyses post-Mondial, à l'instar d'une presse dithyrambique

Merci, héros ! Vous nous avez tout donné ! », « Vatreni (1), vous êtes les plus grands, vous êtes notre fierté, vos noms seront écrits à jamais en lettres d'or ! » A lire les journaux croates, en ce lundi matin, à voir les scènes de liesse à Zagreb, Split ou encore Zadar, on pourrait facilement croire à une Croatie perchée sur le toit du monde. Mais non, c'est bien sûr la tunique tricolore, au-dessus de l'emblème du coq, qu'est venue se broder une deuxième étoile dimanche soir.

On avait quitté les Croates de la Principauté confiants mais logiquement méfiants, à...

Pour lire ce contenu :

je suis déjà abonné, me connecter