Les constructions sur la gauche de l'image vont être détruites, et le sentier réhabilité. Photo L.M.

Le sentier du littoral de Cap-d'Ail fermé du 12 mars au 12 mai 2018

La villa La Colombe, qui empiète sur le sentier du littoral va être détruite. Une opération qui nécessite la fermeture totale du sentier du littoral pendant deux petits mois.

"Cela ne va rien coûter à la mairie, mais risque de gêner considérablement les nombreux amoureux du sentier du bord de mer" annonce Xavier Beck, le maire de Cap-d’Ail alors qu’il accompagne l’architecte et les entrepreneurs en repérage sur le sentier du littoral.

RELIRE. La villa La Colombe, qui défigure le sentier du littoral de Cap-d'Ail, va être détruite

Ce jour-là, la mer est un peu forte, les vagues tapent dur. Le sentier est fermé à la circulation en raison des risques, et pourtant on y croise quelques téméraires. "Les joggeurs ont déjà de la difficulté à s’habituer à la fermeture du sentier lorsque les conditions météos l’exigent. Ils vont devoir, pendant deux mois, passer au-dessus."

"Un peu de patience"

Ce que redoute le maire, c’est que tout le monde passe un sale quart d’heure. Les employés municipaux, la police municipale dont la présence sera renforcée, et les ouvriers du chantier qui vont devoir composer avec les fortes têtes.

"J’ai envie de leur demander un peu de patience. On a attendu plus de 20 ans pour obtenir la démolition de ces ouvrages illégaux qui ont été réalisés sans permis de construire et qui défigurent la côte ici à Cap-d’Ail."

"Un mal pour un bien"

Car le nouveau projet comprend la démolition de la structure qui encombre la vue depuis le sentier. C’est cette démolition qui nécessite la fermeture, car il faut absolument éviter que les gravats s’abîment en mer en dessous.

Pour mémoire, le chemin était enfermé dans un tunnel jusqu’en 2001. La mairie l’avait fait détruire, et avait fait fermer le sentier.
Si cette destruction avait coûté 600000FRF à l’époque (environ 91500 euros), cette fois les travaux seront réalisés à la charge du propriétaire qui consent à ces travaux.

Deux sexagénaires croisés sur le sentier ce jour-là semblent compréhensifs: "C’est ennuyeux, mais si on nous débarrasse enfin de cette horreur, au final c’est un mal pour un bien."