Aurélien Mirallès et Raquel Vasconcelos sont chargés d'examiner ces cinq lézards qui portent le nom de scinques géants. Eric Ottino

Le mystère des cinq scinques

Deux chercheurs ont fait le déplacement de Paris et Porto pour analyser des lézards ramenés il y a plus d'un siècle par le prince Albert Ier. Explications

Voilà cinq bestioles qui dormaient tranquillement dans les bocaux du Musée océanographiques depuis que le prince Albert Ier les a ramenées d'une de ses expéditions. Il les avait capturées sur l'îlot Branco, au large du Cap-Vert, il y a plus d'un siècle.

Longs d'une quarantaine de centimètres, dans les teintes de bruns et de jaunes, probablement décolorés par le bain dans lequel ils trempent, ces cinq scinques géants - c'est leur nom - sont restés tels...

Pour lire ce contenu :

je suis déjà abonné, me connecter