Labeur du passé d'un paysan mentonnais

Retrouvez comme chaque samedi, la rubrique d'art et d'histoire du pays Mentonnais

L'aube pointe à peine sur le cap de la Mortola, de la fenêtre de son logement, sous le toit d'une maison-mirador de la traverse du Vieux-Château, il regarde la magie, toujours émouvante, de la naissance d'un jour nouveau dans le rougeoiement du levant.

Il a revêtu son robuste pantalon de futaine et la chemise de coton à rayures, tenus à la taille par la large ceinture de flanelle, qui maintiendra une chaleur salutaire de la région rénale...

Pour lire ce contenu :

je suis déjà abonné, me connecter