Les pêcheurs tirent un filet étendu sur une centaine de mètres dans l'espoir de ramener des alevins de poisson, la fameuse poutine. La récolte ne doit pas dépasser 50 kg par jour. Dominique Agius

La pêche à la poutine a commencé à Cagnes

Les pêcheurs du Cros se sont réunis très tôt l'autre matin pour appâter les alevins. Entre savoir-faire et tradition séculaire, récit d'une matinée agitée

Les rues sont calmes à 6 heures du matin. Excepté sur le bord de mer où une poignée d'hommes s'harnachent de sangles comme pour partir au combat. Mais pas n'importe lequel, celui qui leur promettra l'or gris de la Côte d'Azur. Les fameux alevins de poissons (de sardines ou de gobies) qui font le régal des gourmets azuréens.

Ils sont plusieurs seniors à se retrouver chaque...

Pour lire ce contenu :

je suis déjà abonné, me connecter