L'infarctus du myocarde est souvent mortel chez la femme

« On a sous-estimé la différence homme-femme, estime le professeur Dreyfus.

« On a sous-estimé la différence homme-femme, estime le professeur Dreyfus. Les recherches cliniques et expérimentales ne respectent pas la disparité des genres. Or, la physiologie est loin d'être la même, les pathologies ne s'expriment pas de la même façon. Il y a...

Pour lire ce contenu :

je suis déjà abonné, me connecter