L'hommage à son épouse décédée finit dans l'excès et la fausse route

« Un seul être vous manque… et tout est sujet à s'enivrer… » Pardon de paraphraser ce vers de Lamartine, si souvent prononcé et entendu en de multiples occasions.

« Un seul être vous manque… et tout est sujet à s'enivrer… » Pardon de paraphraser ce vers de Lamartine, si souvent prononcé et entendu en de multiples occasions. Il n'en reste pas moins pétri d'enseignement sur son sens et sur sa portée quand on évoque cette drôle d'affaire venue devant le tribunal correctionnel. C'est l'étrange transcription de son émotion et de ses égards en mots par un ressortissant canadien.

Le 10 octobre dernier, il est venu en Principauté...

Pour lire ce contenu :

je suis déjà abonné, me connecter