Jeunes voix russes à l'académie lyrique

Ils sont dix chanteurs en devenir à prendre part pour la deuxième fois à une session de travail d'un mois organisée par l'opéra de Monte-Carlo, en partenariat avec une fondation russe

Ils sont russes. Ils chantent en français. Et leur professeur d'expression scénique est italien. Un multiculturalisme qui ressemble à la Principauté, qui accueille la deuxième édition de l'Académie lyrique de l'Opéra de Monte-Carlo, lancée en 2015, lors de l'année de la Russie.

Le principe, pour cette deuxième édition, demeure inchangé. Celui de réunir cinq filles et cinq garçons, moyenne d'âge 24 ans, tous...

Pour lire ce contenu :

je suis déjà abonné, me connecter