Kim Yeshi porte toujours une de ses écharpes, ici dans un mélange d'été laine de yack et soie. Elle était venue parler de son entreprise, qui fait vivre des populations rurales au Tibet avec cette nouvelle matière, lors de la cérémonie des Femmes de l'année Monte Carlo 2017. L.M.

Elle aide les femmes du Tibet avec la laine de yack

C'est une laine très précieuse, douce et chaude.

C'est une laine très précieuse, douce et chaude. Mais plus résistante, plus rustique que le cachemire », explique Kim Yeshi de sa voix calme et posée.

Cette femme discrète, Française mariée à un Tibétain a découvert la laine de yack il y a plusieurs années. « J'avais entendu parler de produits en laine de yack, mais c'était très anecdotique. Ma fille et son jeune frère voulaient voyager. Alors, je les ai...

Pour lire ce contenu :

je suis déjà abonné, me connecter