Ce Biohut, en bois de châtaignier, abritera des larves juvéniles au port Hercule. Jean-François Ottonello

Des nurseries marines immergées dans les ports

Ces trois derniers jours, une cinquantaine d'habitats artificiels ont été installés aux ports Hercule et Fontvieille par Ecocean, afin de protéger trente espèces et d'améliorer leur survie

Au thermomètre, l'eau du port Hercule n'affiche guère plus de 13 degrés. En combinaison, Rémy Dubas plonge dedans sans broncher. Sa mission du jour : fixer des Biohut le long du quai Antoiner-Ier et sous les pontons.

Traduction : des habitats artificiels, abris salutaires pour protéger les petits poissons de prédateurs plus menaçants. D'autant plus vital dans un environnement portuaire où rien, à la base, ne leur permet de survivre.

« Cette année, on en installe cinquante sur les ports Hercule et Fontvieille pour quatre années....

Pour lire ce contenu :

je suis déjà abonné, me connecter