"Construire des 4 pièces sur la zone de l’Ida"

Délogements, travaux, indemnités... le médiateur de l’opération Apolline, Albert Croési, dresse sa feuille de route et évoque la création d’appartements-tiroirs – et provisoires – à l’Ida

Début juillet, le Ministre d’État, Serge Telle, lui a remis la barre d’un navire à la dérive avec l’approbation d’un souverain si soucieux qu’il avait – fait exceptionnel – visité les résidents des immeubles domaniaux des Jardins d’Apolline.

Ni une, ni deux, le délégué de la Cellule de veille pour la priorité nationale, Albert Croési, a remisé son costume pour endosser celui de médiateur.

"On n’a pas fait descendre le Prince dans la rue pour rester les bras ballants. Il ne s’est pas déplacé en personne pour qu’on reste à regarder passer les mouettes."

Un chargé de mission exceptionnelle qui n’a eu que quelques jours pour faire d’Apolline son jardin.

"La fibre patriotique"

Apolline, ses 4 blocs, 237 appartements, 800 résidents, médecins libéraux, commerçants, association des résidents et, surtout, son insalubrité chronique et galopante.

Ou l’histoire d’un second œuvre manifestement bâclé sur un ensemble immobilier domanial...

Pour lire ce contenu :

je suis déjà abonné, me connecter