Bertrand Chamayou a enchanté le parvis Saint-Michel, lundi soir. Jean-François Ottonello

Chez Cocteau ou Saint-Michel, au pays du piano roi

Avec Chamayou, lundi, Olaffson, hier, Anderszewski vendredi, les virtuoses de cet instrument se succèdent allègrement

La tradition du piano au Festival de Menton remonte au 7 août 1951. C'est ce jour-là que le légendaire pianiste Robert Casadesus donna le premier récital du festival.

Depuis, une longue lignée d'illustres pianistes s'est succédé sur le Parvis Saint-Michel, depuis Richter jusqu'à Fazil Say, depuis Kempf jusqu'à Martha Argerich.

Le piano est et demeure l'instrument roi de Menton.

À Menton, on n'est jamais à court de piano !

Le piano dans toute sa diversité : le piano monumental de Bertrand...

Pour lire ce contenu :

je suis déjà abonné, me connecter