Binge-drinking : Le signe d'un problème non résolu

Le Dr Faredj Cherikh est concerné au premier plan par l'alcoolisation des jeunes : ce chef du service d'addictologie du CHU de Nice en reçoit régulièrement.

Le Dr Faredj Cherikh est concerné au premier plan par l'alcoolisation des jeunes : ce chef du service d'addictologie du CHU de Nice en reçoit régulièrement. Il a pu mesurer l'évolution de leurs comportements ces dernières années, notamment le binge-drinking, l'intoxication massive.

« Effectivement, les adolescents boivent de l'alcool de plus en plus tôt. Mais il faut bien distinguer ceux qui vont juste goûter de ceux qui vont consommer régulièrement, voire en devenir dépendants. Le problème de ces phénomènes d'alcoolisation, surtout le binge-drinking, est que jusqu'à l'âge de 25 ans, le système nerveux central est encore en pleine évolution. Si on boit massivement, on l'endommage de manière irrémédiable. »

On distingue ainsi plusieurs types de consommateurs. Celui qui va juste « tester » : « Si cela reste une expérimentation occasionnelle, il n'y a pas lieu de s'inquiéter. Les ados vont boire par jeu, pour affirmer qu'ils sont devenus adultes et...

Pour lire ce contenu :

je suis déjà abonné, me connecter