C'est l'écrivain Laurent Seksik, auteur notamment des Derniers jours de Stefan Zweig, qui a fait la première lecture aux candidats, âgé de 15 à 84 ans, de cette dictée truffée d'astuces. Frantz Bouton

23e Festival du livre

Salle comble, hier matin, à l'opéra de Nice, où quatre-vingts participants se sont livrés à au périlleux exercice de la dictée dirigé par Julien Soulié et par l'écrivain Laurent Seksik

Dix heures cinquante, opéra de Nice. Sous les ors du Foyer des mécènes, au troisième étage, les derniers participants à la Dictée pour les nuls se hâtent de prendre place sur les sièges équipés de tablettes. Quatrième du nom, ce petit morceau d'anthologie du festival du livre de Nice est particulièrement en adéquation, cette année, avec le thème de l'édition 2018 : Pourquoi écrire.

Destiné aux amateurs comme aux experts, (enseignants, auteurs et… journalistes), cet exercice, avant tout «ludique et axé sur la découverte, célèbre la langue française», rappelle Julien Soulié. Auteur...

Pour lire ce contenu :

je suis déjà abonné, me connecter