En fin d'année, les contours de l'extension devraient être visibles pour le grand public. Visuel BouyguesTP

2018, année charnière pour l'extension en mer

Fini le temps des travaux sous-marins. Ces prochains mois se dessineront les contours visibles du futur quartier de Monaco. Si le dragage des sédiments a pris un léger retard, le calendrier global est tenu.

Après une année et demie de travaux invisibles, passée à draguer les fonds sous-marins de leurs sédiments et prélever, puis réimplanter, les espèces végétales protégées, 2018 sera celle de la matérialisation de l'extension en mer pour le grand public.

Si les 6 hectares de terrain gagnés sur la mer ne seront livrés aménagés qu'à horizon 2025, la fameuse ceinture de caissons (lire ci-dessous) délimitant l'avancée immobilière - et végétale - sur la mer sera visible d'ici la fin d'année civile. Une frontière repoussée, pour une superficie totale de la Principauté étendue de 3 %.

Malgré quelques impondérables ces dernières semaines, dus au climat mais aussi, et surtout, aux exigences environnementales fixées par l'État, le projet ne déplore presque pas de retard aujourd'hui. Un tour de force sur un site contraignant où un bateau de 200 mètres manœuvre quotidiennement entre le tombant des Spélugues et la réserve naturelle du...

Pour lire ce contenu :

je suis déjà abonné, me connecter