Transat Jacques Vabre : Malizia II toutes voiles dehors

Malizia II - Yacht club de Monaco s'est lancé dans la course aujourd'hui, à 13h35 précises, au Havre. Pour la première fois, des Monégasques sont représentés.

Il n’y avait pas qu’à Monaco que le temps était houleux ce dimanche ! Au Havre, pour le départ de la 13e Transat Jacques Vabre à 13h35, les conditions de 15 à 20 nœuds de secteur nord-ouest et une mer hachée ont mis tout de suite les marins dans le bain.

Pas facile pour le Malizia II – Yacht-Club de Monaco ; pas plus que pour les 73 autres concurrents de la transaltlantique.

C’est la première fois qu’un bateau monégasque s’élance sur cette grande classique de la course au large. Une initiative que l’on doit à Pierre Casiraghi, vice-président du YCM, qui a décidé de confier la barre à son ami Boris Herrmann, associé au dunkerquois Thomas Ruyant.

"Nous voulons décrocher un podium"

Malizia II – Yacht Club de Monaco s’est jeté dans le grand bain avec un objectif de taille.

"Très clairement, nous voulons décrocher un podium. Et si les conditions météo le permettent ce serait génial de franchir la ligne d’arrivée avant le 19 novembre, jour de la fête nationale monégasque", a déclaré ce matin Boris Herrmann au moment de quitter les quais.

"Les deux premiers jours de course vont être très intenses avec l’approche d’un front froid plutôt musclé. On va très vite voir les stratégies de chacun et les forces en présence", expliquait Thomas Ruyant avant le départ.

Les concurrents font désormais cap vers la pointe de la Bretagne avant d’entamer une traversée du golfe de Gascogne. Tous iront toucher de l’étrave les alizées avant d’appréhender le tant redouté pot au noir situé quelques degrés au nord de l’Equateur.

Ce parcours transocéanique du Nord au Sud requiert de la part des skippers de grandes qualités tactiques et stratégiques, une bonne formation météo, une excellente condition physique. Sans oublier une bonne dose de patience...